Egale Liberté Libre Egalité : E.L.L.E. et NouS

EgaleLiberte_2_mini.gif

 
Vous êtes ici :   Accueil » Différences entre "E.L.L.E" et "Le Message" d' Etienne Chouard
 
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la page...
Prévisualiser...  Imprimer...  Imprimer la section...
Sommaire

SOMMAIRE

 ↑  
Histoires d'ailes en ELLE

Nouvelles des Amis
Visites

 503295 visiteurs

 8 visiteurs en ligne

Calendrier
rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://www.egaleliberte.fr/guppy/data/fr-articles.xml

Différences entre "E.L.L.E"
et  "Le Message" d' Étienne Chouard


 

Il y a dans la conception de la démocratie d' Étienne Chouard, certains aspects de la conception citoyenne égalitaire et participative qui peuvent être compatibles avec notre propre proposition, dès que l'on se pose la question de la façon dont les personnes concernées pourraient travailler à l'organisation de leur "bien commun" .

Cependant il y a des postulats de départ très différents qui entraînent des conséquences politiques différentes.
Il faudra par la suite approfondir de façon plus détaillée, en regard des propositions de Chouard dans "Le Message",


1. Etienne Chouard ne semble pas remettre en cause la légitimité a priori du "peuple" tel qu'il existe dans le cadre national "français" actuel.

Le "peuple" dont il voudrait qu'il reprenne le pouvoir de façon à être dans une "démocratie véritable" ( conforme aux idées de ... Chouard , reprenant un supposé modèle athénien ...) , est cependant en même temps considéré comme ce même Peuple Français qui s'est précédemment doté de tout autres institutions  et constitutions
et dont on ne voit pas pourquoi il deviendrait a priori très majoritairement en faveur des positions d' Étienne Chouard et accepterait ainsi de mettre son sort collectif entre les mains d'une "constituante" tirée au sort.
Question déjà toute simple : QUI proposerait une telle "constituante" ? Sinon simplement une partie du peuple français suffisamment acquise aux idées proches de celles de Chouard ? Le projet politique d' Etienne Chouard suppose qu'une majorité importante de français finissent par être convaincus par ses arguments.


2. Etienne Chouard se place d'emblée sur le terrain "politique" existant en présupposant un "peuple souverain" existant, alors que la  proposition "E.L.L.E" , est d'abord une proposition d'ordre "éthique" de contrat  entre des personnes, avec comme postulat de base, non pas la "souveraineté du peuple", mais la "souveraineté de chaque personne sur elle-même", et c'est alors seulement secondairement que toutes les personnes ayant librement et souverainement décidé - au plan "moral" donc - d'être de telles personnes, se demandent comment se mettre "ensemble" pour assurer leur "bien commun", que chacune a d'abord défini pour elle-même, ( à savoir la constitution, le maintien et le développement de leur commune "Égale Liberté Libre Égalité"  dans le "réel".

C'est sur la base de leur libre accord ( "Libre Égalité" ) que de telles personnes mettent en commun leur projet d' "Égale Liberté" :

Elles ne sont donc pas du tout "tirées au sort" dans une population existante supposée déjà former un "peuple" historico-géographiquement ou "éthniquement", etc.
Le principe "constitutionnel" ou "constituant"  central ( "Égale Liberté Libre Égalité" ) ne résulte pas de la volonté d'un "peuple préexistant", il résulte de sa simple définition possible, qui PEUT être formulée par n'importe quelle personne individuelle, indépendamment de toute adhésion ( même à la limite sans sa propre adhésion, mais cela serait sans intérêt "politique", puisque cela serait une simple fiction "utopique" , comme n'importe quel produit de l' imaginaire ).

A partir d'une telle simple définition ( invention individuelle ), un certain nombre de personnes PEUVENT y adhérer pour en faire leur propre idéal personnel, ou parce qu'une telle formulation "correspond" ou entre suffisamment en résonance avec leur propre idéal fondamental. POUR CES PERSONNES se constitue donc à partir de cette proposition un  "intérêt commun" à en assurer plus ou moins le développement, et ce "réseau de personnes" plus ou moins flou et ouvert, PEUT ainsi progressivement voir émerger une "conscience collective" suffisante, pour venir chez beaucoup d' entre elles concurrencer d'autres anciennes "appartenances" dont celles des communautés religieuses, culturelles ou ethniques, ou encore des entités économiques comme les entreprises auxquelles certains s'identifient ..., mais aussi celles des appartenances "politiques" actuelles, en tant que "citoyennetés nationales".

Ces personnes savent que c'est sur la base même d'un accord minimal commun fondamental de valeur et de finalité  ( résumé dans l'expression "Égale Liberté Libre Égalité" ), qu'elles s'assemblent pour former un nouveau type de "PEUPLE", un "collectif" transnational sans frontières de "Personnes souveraines, libres et égales".
Les "frontières" virtuelles d'un tel "Peuple - Réseau" passent directement à l'intérieur de chaque personne  "membre", puisqu'elle peut choisir librement d'y entrer, d'en sortir, ou d'y "appartenir" plus ou moins , suivant les domaines. Une souplesse de sa propre liberté directement en rapport avec l' "Égale Liberté" qu'elle laisse aux autres de faire "de même": Chaque personne "libre et égale" d'un tel "Peuple-Réseau" sait bien, par la définition même de sa libre adhésion, qu'elle ne peut attendre de bénéficier d'un quelconque "intérêt général" et n'exiger que d'autres se restreignent ou adaptent leurs propres intérêts à un tel "intérêt général" que si elle-même est prête à un "effort équivalent".  Cela ne signifie plus nécessairement tout un appareil législatif identique pour tous, d'autant moins nécessaire que croissent les possibilités effectives d'exercice d'une égale liberté par chacun. Car il ne s'agit pas de n'importe quel "intérêt général", mais bien de celui définitpar la finalité idéale de l' "Egale Liberté Libre Egalité", à l'intérieur duquel chacun comprend la nécessité de laisser aux autres "autant de liberté" qu'il voudrait pouvoir en garantir pour lui-même..

Ce collectif peut parfaitement se constituer ou "émerger" réellement de façon progressive, par la simple mise en connexion des personnes qui choisissent ainsi librement de s'associer partiellement sur toutes sortes de projets partiels divers, mais dont ces personnes se chargent elles-mêmes de réguler la cohérence avec  le critère d' "Égale Liberté Libre Égalité" actuelle et future de toutes les personnes participantes, chacune ne pouvant ici avoir davantage d "exigences" ( de "droits" formels ou réels découlant de ce "Bien Commun" ) que dans la mesure où elle apporte à ce "Bien Commun" une contribution équivalente au "service" qu'elle en attend.

Aucun cadre restrictif préalable n'est ici posé, que celui de la capacité et de la volonté des personnes de se définir elles-mêmes comme de telles personnes ET de reconnaître, à partir de là, l' égal droit d'autres personnes ayant  fait aussi volontairement et librement un tel choix, de participer à la "constitution" commune, non pas seulement des "textes constitutionnels", mais bien du "collectif "lui-même, du "PEUPLE - réseau" ainsi "assemblé" . Pour commencer uniquement "potentiellement" ou "virtuellement" , sans autre "enracinement" que les "racines" réelles ou symboliques personnelles que chaque personne peut ainsi culturellement, économiquement et physiquement mobiliser. comme "ressources" disponibles.
Chaque personne volontaire  est ainsi, si elle le veut, un germe d'une telle "association" , et SAIT qu' elle n'a pas à "attendre" un quelconque "grand soir" ou un "évènement révolutionnaire", ou une "prise de la Bastille", pour pouvoir déjà, à la mesure de ses propres moyens, de sa "raison" et  de sa volonté, s'engager dès maintenant si elle le souhaite, dans ce travail. La plupart de ces personnes savent d'ailleurs qu'elles l'ont déjà depuis longtemps "commencé" et n'ont pas attendu qu'un certain "Armand Stroh" en "re-formule" l' idée générale à sa façon personnelle à lui ... puisque cette idée générale là,  suppose précisément la capacité personnelle de la concevoir par sa propre initiative et liberté de penser. Dans la lignée - si l'on veut - d'un certain esprit des Lumières kantien où dans un texte célèbre il définit ces Lumières comme la sortie de la "minorité" dans laquelle beaucoup de personnes se tiennent encore ... Oser penser par soi-même : personne ne peut l' OSER à la place d'une autre personne : c'est elle-même qui l' ose ou qui ne l'ose pas ...  ou pas encore.

Pour en revenir à Étienne Chouard : celui-ci a-t-il attendu qu'une "assemblée constituante" formée de français tirés au sort l' "autorisent" à faire les propositions politiques qu' il fait LUI, Etienne Chouard, "en personne"  ? De même lorsque Rousseau élabore SON "Contrat Social", c'est d'abord le "sien", différent de celui d'autres philosophes ou penseurs ...  De même lorsque Rawls élabore ses "Principes de Justice", c'est d'abord lui-même qui dialogue avec lui-même "derrière le voile d'ignorance"  qu'il a lui-même tissé, et se donne pour cela un certain nombre d'interlocuteurs anciens ou contemporains comme personnages de sa procédure "démocratique" ..., qu'il est question.
C'est donc bien de la compatibilité générale  de telles idéaux différents propres à chaque "auteur" de propositions, dans le cadre d'une "Égale Liberté" de proposition, qu'il est question. Il s'agit d'une forme ou d'une autre de "consensus par recoupement"  ( expression de Rawls ) , qui se fait ou ne se fait pas, plus ou moins, ici ou là, sur tel ou tel problème partiel,  en fonction de la libre volonté de tel ou tel acteur personnel de permettre ou de rendre possible ce "recoupement" de ses idées avec celles des autres.

Mais les contraintes qui pèsent a priori sur un tel "consensus"  ne sont pas les mêmes si l'on pose a priori un cadre politique "national" préalable ( comme Étienne Chouard, puisque son "processus constituant" est supposé se dérouler entre "citoyens français" préalablement existants comme tels ( ? Par l' effet d'une histoire  et d'une géographie commune ? D'une culture commune ? de "racines" communes ? ou simplement des "constitutions républicaines" antérieures ? )

Un des postulats d' Etienne Chouard ( que je ne partage pas )  semble être que quelles que soient les personnes, leurs idéaux, leurs conceptions du monde, leurs intérêts privés, il existe nécessairement un "intérêt général" suffisamment commun pour que ces personnes aient envie de s'investir de façon équivalente et participative à la gestion et à la réalisation de cet "intérêt commun" . Ou plutôt, que si elles ne le font pas, la "démocratie véritable" les y CONTRAINDRA !
Et que c'est avant tout une question d' organisation "procédurale" de désignation aux différentes fonctions ou responsabilités ( tirage au sort, etc. ) .

Je ne le crois pas !  Précisément parce qu'il n'y a plus aujourd'hui d'accord libre possible sur un "bien commun" ou un "intérêt commun" où "tout le monde" trouve suffisamment son compte personnel, pour consentir à l' effort commun nécessaire.

Ceux qui veulent  ou acceptent facilement un monde inégalitaire ou un monde hiérarchisé n'ont aucun "intérêt" à transformer les procédures actuelles de démocratie représentative ! Et je ne vois pas pourquoi ils seraient miraculeusement moins nombreux en France qu'ailleurs !

C'est bien pourquoi je propose que l' objectif d'une "Égale Liberté"  et de l' élaboration de dispositifs institutionnels ne soit envisagé de façon réaliste qu' avec les personnes qui choisissent personnellement LIBREMENT de vouloir "constituer" une telle entité : Elle pourra devenir beaucoup plus démocratique, au sens "participatif"  avec des personnes qui VEULENT toutes une telle reconnaissance mutuelle de leur "Égale Liberté", parce que la "participation" sera elle-même librement gérée par chacune de ces personnes conscientes de la réciprocité et de la mutualisation nécessaire au respect de l' EGALITE  nécessaire et VOULUE entre elles.


 











 








 

Mots-clés associés

Date de création : 03/01/2018 15:29
Catégorie : Sommaire - Critique politique
Page lue 457 fois
Précédent  
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

Vous êtes ici :   Accueil » Différences entre "E.L.L.E" et "Le Message" d' Etienne Chouard
  
Préférences

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe


  Nombre de membres 3 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
HPwc2
Recopier le code :
Abonné
( personne )
Snif !!!