EGALE LIBERTE

Accueil  Blog  Nouvelles  Téléchargements  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
SOMMAIRE DU LEXIQUE

SOMMAIRE provisoire du LEXIQUE

Expressions propres au Projet "Égale Liberté Libre Égalité"

"ELLE" acronyme pour "Égale Liberté Libre Égalité" :

Ce Principe propose de relier ( librement ... ) les valeurs appelées "Liberté" et "Égalité" dans une implication réciproque :
Parce que la "Liberté" dont il est question ( liberté de la personne ), doit pouvoir être compatible dans le réel actuel et futur avec la liberté d' autres personnes dans un contrat réciproque d' "Égale Liberté".
Mais ce contrat d' "Égale Liberté" lui-même n'est pas considéré comme un "impératif catégorique" d'une morale universelle que toute personne humaine serait "obligée"  voire "contrainte"  de passer avec d'autres être humains.
C'est un "contrat" ou lien interpersonnel librement adopté entre des personnes à partir de leur libre décision personnelle de s'y engager.
( En ce sens il s' agit d'abord d'un "contrat moral" qui peut ensuite déboucher sur des contrats juridiques et politiques ... )
C'est pourquoi le Principe complet s' adosse aussi sur une "Libre Égalité" : les personnes "contractantes" se considèrent réciproquement comme des "personnes libres et égales", parce qu'elles ont librement décidé de se considérer ainsi.
Et non pas parce qu'une "morale" ou un "droit" supérieur et extérieur leur aurait "enjoint" de le faire, ou qu'une "vérité" morale antérieure leur "prouverait" qu'elles doivent ou qu'elles devraient le faire, et encore moins un "grand chef" humain ou divin ..., ni une quelconque entité "collective" ( peuple, nation, état, "humanité", famille, patrie ... ) .


 
"NouS" Ensemble virtuel de toutes les personnes qui adhèrent ( par définition librement ),
à ce double Principe d' "Égale Liberté Libre Égalité".

Ceci signifie, que VOUS seul, comme personne, pouvez légitimement décider si vous adhérez ou non ou "plus ou moins" à ce Principe, s'il vaut ou ne vaut pas pour vous
               
Il n' y a que VOUS qui puissiez savoir jusqu' à quel point VOUS y adhérez ou pas, ou "plus ou moins".
Rien ni personne, ni aucune autorité morale, juridique, politique, culturelle, philosophique, ne peut - PAR DÉFINITION - vous "obliger" , même pas "moralement", à Y adhérer,
"Égale Liberté - " L'expression "Égale Liberté" n'est pas propre à la proposition "ELLE".
Cette expression a déjà une longue histoire philosophique, juridique et politique.
Elle a notamment été utilisée dans le cadre de la "Théorie de la Justice" de John RAWLS.
Mais s'il est utile d' examiner les ressemblances et les différences de notre proposition d' "Égale Liberté" avec ce que dit Rawls dans une expression homonyme, il est important de ne pas les confondre immédiatement  en supposant que notre "Égale Liberté" n'est que la reprise du "premier principe de justice" de la Théorie de la Justice de Rawls, ni d'ailleurs des autres usages antérieurs de l' expression "Égale Liberté".
 
" - Libre Égalité " L' expression "Libre Égalité"  a certainement une moindre existence dans l' histoire de la philosophie politique que celle d' "Égale Liberté".

Elle pourrait donc apparaître comme n' étant qu'une pâle réplique introduite par mon "esthétique de la symétrie" .
En fait, en un certain sens, en tant que lieu de l' exercice même de notre liberté en acte, en tant qu' elle DECIDE  et FAIT UN CHOIX VOLONTAIRE,  la "Libre Égalité" à la fois manifeste et valorise la Liberté .
En termes de philosophie politique traditionnelle elle est fortement liée au versant "libéral" ou, historiquement, à une version "anglo-saxonne" de la "Liberté", comme liberté individuelle opposée à l' emprise de tout collectif, y compris et surtout de celle de l' État.

"- Libre Égalité" , comme deuxième membre de notre principe "ELLE" , signifie que toute "ÉGALITÉ" que NouS  allons constituer et construire entre NouS , ne peut trouver sa justification et sa valeur que de la LIBRE DÉCISION individuelle des personnes qui se reconnaissent ainsi mutuellement, réciproquement, une telle ÉGALITÉ devant leur propre "LOI" ainsi constituée à partir de cette libre décision prise par chaque personne "partie" de ce  nouveau "contrat social" .
Ceci ne signifie pas que NouS allons immédiatement abandonner toutes les conquêtes juridiques protectrices constituées par de longues luttes politiques, sociales, économiques et culturelles, pour construire des ÉGALITÉS citoyennes  !
Mais ces ÉGALITÉS JURIDIQUES actuelles ne sont qu'un échafaudage - provisoire donc - , car beaucoup de ces "Égalités", restent très "formelles", et le sont précisément parce qu'elles n'ont pas été librement construites par les "personnes" concernées, mais souvent imposées du DEHORS par une structure socio-politique "collective", mais qui n'a été pensée et "constituée" que par une petite poignée de "personnes" prétendant savoir à la place des autres ce qui est leur "Bien" ...


 
"FraCternité" Dans la mesure où toute notre proposition dérive en partie d'une réflexion sur le fameux triptyque "Liberté Egalité Fraternité" ( en tant qu'il se trouve au coeur de la Déclaration Universelle des Droits de l' Homme ) , chacun peut se demander ce que devient le troisième terme, la "Fraternité" , après le remaniement ou la "recombinaison" que nous proposons, du rapport entre "Liberté" et "Égalité" .

Nous pouvons réfléchir à un certain nombre des conséquences du principe "ELLE" et dans son rapport au "NouS" et surtout à la "réalité effective" que ce "NouS" des "Personnes Souveraines Libres et Égales" suppose, Nous pouvons  réfléchir aussi  aux "autres personnes humaines" ( qui font un autre "libre choix" que celui de l' "Egale Liberté Libre Egalité") et  même aux autres organismes vivants non humains, avec lesquels NouS ne pouvons pour le moment constituer une "communauté" de "personnes libres et égales"  ( voir la problématique du "droit des animaux" etc. ).
Nous proposons donc un néologisme, basé sur un jeu de mots, important à l' intérieur du mot "fraternité" , la lettre "C" , en faisant ainsi entendre une "Fraternité Fractale" , mais aussi plus clairement le détachement possible d'un suffixe "-ternité" . On voit ici tout un ensemble de résonances symboliques qui font d'un tel Tiers Frac-Ternité, le lieu même où le "non-lieu"  donne place à ce qui n' a pas de place "attitrée" ... au "titre" de l' "Égale Liberté Libre Égalité", dans la mesure où ces "autres" soit ne veulent pas, soit ne peuvent pas encore entrer dans un nouveau contrat de type "Egale Liberté Libre Egalité".
Évidemment, l' évocation de la "fractalité" est directement en prise avec le formalisme logico-mathématique de la "récursivité" des "fractales", en particulier avec la double question de l' appel récursif dont la boucle "Egale Liberté Libre Egalité" s' auto-alimente - UNE FOIS appelée - et des "conditions d'arrêt" que la "finitude" des ressources et des contraintes du "Réel"  implique.

La lettre "C", dans le TraCé de son demi-CerCle même , signale à la fois la Cassure Coupure de cet aCCès et de cet "eCCe"  aux mots ...
et la Courbure qui suggère sa "fermeture" toujours à nouveau possible dans un système "Cyclique" ou périodique, aussi Complexe qu'on le voudra ... ECCE D' ELLE DonC D' onDE . Les effets esthétiques ( des fesses thétiques ) du frissonnement formel des "ondes" se démultiplient ici par une auto-organisation émergente de la Re - Création.  Dans l' entre-deux des nomansland nomades sans noms et sans dents, la Crise se Creuse et Re - Crée ses DéCrets . CELLE, TELLE QU'ELLE, PELLE RE-ELLE , SELLE SCELLE, MEME.
"DEDANS / DEHORS"

 "DEDANS" ou "DEHORS" ,  C'est VouS qui Voyez ..., car sur cette Frontière Fractale , c'est VouS qui choisissez d' Y être ou de ne pas Y être.

Être "DEDANS" : Dans l' Espace commun d'une "Égale Liberté"  librement partagée ( "Libre Egalité" ), parmi "NouS".

Être "DEHORS" : Hors de cet espace commun d'une "Égale Liberté" librement partagée :
 - soit parce que VouS ne voulez pas que la liberté d' autres personnes soit égale à la vôtre ( VouS préférez l' INEGALITE ... probablement parce que vous la supposez en votre faveur ... ?  Ou que vous vous considérez - par votre "faute"-  comme définitivement inférieurs à d' autres personnes ou à d'autres "êtres supérieurs" ? )
- soit parce que vous voulez imposer à tous un type d' "Égalité" que Vous Vous jugez - A LEUR PLACE - meilleur pour ces autres personnes, en n'acceptant donc pas qu'elles soient LIBRES , aussi Libres de décider  de leur propre autonomie que vous prétendez l' être ?
 Ou que vous considérez ( de quel droit ? ) que PERSONNE n' est "LIBRE" de décider librement de sa propre liberté ... sous prétexte sans doute alors qu' il existe une "AUTORITE SUPERIEURE" , qui est elle ... "libre" de nous "octroyer" ou pas notre liberté ?

- Vous avez encore un troisième choix : celui de n' accepter NI la Liberté, NI l' Egalité, NI pour vous-mêmes, NI pour personne ... tout en pensant que votre NI NI ne se Niera pas lui-même et que VOUS ne saurez plus NI ce que vous êtes, NI ce que vous voulez ?

- Ou un quatrième choix : de ne pas choisir, ou du moins pas encore .

- Remarquez cependant ceci : si vous ne voulez pas choisir "définitivement", pour pouvoir par la suite TOUJOURS ENCORE CHOISIR , c'est très exactement l'une des dimensions intrinsèques de la LIBERTE  dont NouS parlons ... et que vous pouvez donc CHOISIR dès maintenant sans crainte .... à condition d' accepter que les AUTRES PERSONNES fassent EGALEMENT comme vous ... et attendent ainsi, pour énoncer leur choix.

- C'est bien pourquoi, ayant énoncé MON CHOIX PERSONNEL , celui de l' "Égale Liberté", je choisis en même temps la "Libre Égalité" ....
pour moi-même bien sûr, mais aussi pour d' autres éventuellement, SI  CES AUTRES VEULENT faire LIBREMENT un tel choix .
Mais là, par définition,  ... c'est VouS qui Voyez ...

:

 :



 


Date de création : 05/01/2016 17:55
Dernière modification : 05/01/2016 17:55
Catégorie : LEXIQUE
Page lue 12776 fois
Haut

Valid HTML 5.0 freeguppy.org © 2004-2019 En savoir plus ... Valid CSS 3

Document généré en 0.05 seconde