EGALE LIBERTE

Accueil  Blog  Nouvelles  Téléchargements  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
Convivialisme

http://www.lesconvivialistes.org/quelle-societe-voulons-nous-voir-advenir-discussion-a-partir-des-livres-de-dominique-meda-et-marie-monique-robin

Manifeste :  http://www.lesconvivialistes.org/abrege-du-manifeste-convivialiste

https://lectures.revues.org/6558

Controverse Alain Caillé / Jean-Pierre Le Goff  dans Répliques du 13 février 2016 :

http://www.franceculture.fr/emissions/repliques/repliques-du-13-fevrier-2016#

:

--------------

En l' état des choses, je ( Armand Stroh ) ne signe pas le Manifeste Convivialiste, même si une certaine parenté de pensée pourrait m' y conduire.  C'est en effet une "famille de pensée" de laquelle je peux me sentir proche, par certains aspects.

Mais il y a en effet une trop grande référence à une forme d' "humanisme" traditionnel qui ne me semble plus répondre à une ouverture beaucoup plus large nécessaire de l' Horizon de l' "Égale Liberté" créatrice.

L' attitude "convivialiste" est trop dirigée à mon goût vers le primat de la "fraternité" ( des "êtres humains" ) sur le couple Liberté - Égalité . Trop de "conservatisme" avec une sorte de croyance dans une "nature humaine" dont le commun partage "convivial" suffirait à résoudre les principaux problèmes  ...  Il y a alors un risque important de "totalitarisme mou" qui voudrait universaliser sa "moraline" à force de contraintes et d'obligations "gentillettes" ...

Cette critique se retrouve par exemple chez Jean-Pierre LE GOFF ( voir Emission Répliques )
Mais je ne partage pas non plus le point de vue "état-nationaliste" et culturellement assez "traditionaliste-conservateur" de Jean-Pierre LE GOFF.

Si je peux sans doute faire une grande partie de chemin dans le voisinage d'un tel mouvement, je sais déjà d'avance ce qui me sépare de ce "convivialisme" :
une conception plus radicale de la liberté individuée, qui tout en proposant aux autres personnes une "Égale Liberté", ne leur demande pas et ne les autorise pas à m' imposer une "commune convivialité" et une "commune socialité" :
Certes ceux qui ont besoin d'une telle "chaleur humaine" sont pour moi libres de la construire et de la partager entre eux dans de multiples formes de "fraternités" , mais je vois trop le danger de la "socialisation forcée", même si elle est simplement mollement "consensuelle", mais avec un grand risque pour les dissidents "individualistes"  et anarchisants  d' être regardés un jour comme de vilains petits canards ...par un conformisme "convivialiste"  qui serait devenu dominant ou "global".
Certes ce n'est pas encore le cas : ces "convivialistes" sont seulement une minorité active, mais pour que je puisse plus sereinement travailler AVEC eux, il me faudrait davantage de gages et d' engagement explicite de leur part à reconnaître le principe d' "Égale Liberté" des entités conscientes personnelles comme supérieur à l' appartenance à une "humanité" enfermée dans son auto-conservation "écolo-naturiste" ou "culturaliste-humaniste".

Encore un petit effort, chers "convivialistes", pour étendre l' "universalisme" potentiel de principe à toute entité consciente capable de se penser elle-même comme telle, et à ne s'obliger en revanche à un Égal partage de cette Liberté universalisable qu' avec ces entités qui accepteront librement dans la même mesure la volonté et  l' effort de ce partage.

Il conviendra donc pour moi, de reprendre dans le détail chacun des 4 grands principes du "Manifeste convivialiste" pour montrer à la fois en quoi ma propre position personnelle est en accord, et où se situent les points d' achoppement et précisément d' "opposition" potentielle... au nom d'une Égale Liberté ET d'une Libre Égalité que la mise en oeuvre des principes "convivialistes" peut mettre en danger.

C'est précisément parce que le principe de "commune socialité" est fondamentalement ambigu, et ne dit pas clairement de quelle "société" on parle, si elle est pensée comme obligatoirement co-extensive à la "commune humanité", ou s'il y a de multiples "socialités" conflictuelles où les personnes doivent pouvoir ( selon moi ) , librement choisir les formes de socialité qui leur conviennent.. Avec simplement des conséquences inhérentes différentes pour ces personnes en fonction du libre choix de "socialisation" effectué, conséquences dont elles devront d' autant plus accepter la responsabilité personnelle qu'elles ne veulent pas en partager les contraintes de protection mutuelle. Le "dosage" précisément de ces deux possibilités dépendra de plus en plus de la personne elle-même ... si elle en accepte librement la responsabilité ( c'est à dire ne pas rejeter sur les autres la responsabilité des conséquences directes d'une liberté qu' on a soi-même prise en dépit de la concertation avec les autres. )
 


Date de création : 18/01/2016 14:56
Dernière modification : 18/01/2016 14:56
Catégorie : Critique politique
Page lue 4555 fois
Haut

Valid HTML 5.0 freeguppy.org © 2004-2019 En savoir plus ... Valid CSS 3

Document généré en 0.04 seconde