EGALE LIBERTE

Accueil  Blog  Nouvelles  Téléchargements  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
Je suis un "Esprit Libre"

Je suis un "Esprit Libre"

La signification que "je" ( la personne humaine Armand Stroh ) donne à cette expression "Esprit Libre" , ne s'appuie sur aucun "spiritualisme" au sens courant que ce terme peut prendre dans l' "esprit" ( pensée consciente,"Mind" ) de beaucoup de gens, souvent rattaché soit à un système de croyances métaphysiques ou religieuses, soit à un dualisme "esprit" / "matière" ( "substance pensante" / "substance étendue" du dualisme cartésien par exemple ) , soit à un "monisme de l' esprit" , où les existants "réels" sont pensés comme des sortes de "représentations" d'une "substance spirituelle" unique plus ou moins considérée comme "divine" .
L' expression "esprit libre" peut ici être entendue dans son sens libéral- libertaire de la "libre pensée", de la liberté de l' "esprit des Lumières", etc.
Et plus précisément de l 'esprit "auto-nome" qui se donne à lui-même sa propre "loi", c'est à dire son auto-définition comme "esprit libre" et la "valeur" qu'il accorde à cette libre  "constitution" .

Ma position philosophique est depuis longtemps caractérisée par une décision que j' ai prise, de distinguer entre 3 types de questions qui ne doivent pas être confondues, mais qui précisément ne peuvent alors être fondamentalement réarticulées entre elles que par cette même libre décision, dans son aspect "synthétique" :

- 1. La question de la "vérité", concernant les relations entre mes "représentations mentales conscientes" et ce qui "à travers" ces représentations se donne comme "réalité indépendante". Pour juger de ces questions, indépendamment des simples projections imaginaires que je peux, comme chacun, y inscrire, j' ai décidé de faire confiance à la "pensée scientifique", donc à la "communauté scientifique" . Et, suivant les multiples formes théoriques et expérimentales possibles, à des champs disciplinaires, interdisciplinaires ou transdisciplinaires variés, dont la variété même suppose cependant un postulat de cohérence logique globale potentielle de l' "unité de la science" :
Un "esprit scientifique", même s'il n'est pas spécialisé dans un champ donné où il est capable de soumettre ses propositions  à la critique de ses "pairs", admet cependant qu'il doit pouvoir trouver des articulations rationnelles de son propre champ de connaissances et de compétences disciplinaires avec les autres approches "scientifiques" liées à d'autres niveaux d'organisation du réel, ou à d'autres techniques ou procédures d' approche.
Je n' ai donc pas besoin d' autre "vérité" ( potentiellement universalisable ) que les modestes "vérités" que les différents domaines de la "science" peuvent me proposer dans leur formes provisoires actuelles ... mais pour moi, bien plus "solides" que de prétendues "vérités éternelles" liées à des croyances culturelles diverses.

- 2. La question de la "valeur morale", éthique, juridique ou politique d'une proposition, d'un projet, d'un système de normes, etc.
 ( Le champ traditionnellement appelé en philosophie depuis Kant au moins celui de la "raison pratique" ).
La question de l' universalisation possible de telles valeurs y est précisément ouverte et librement élaborée par les "esprits libres" .
POUR MOI, il s'agit là, par libre définition, du domaine propre d'exercice de la Liberté en tant qu' ELLE s'attribue ELLE - MEME sa propre "valeur" et donc en conséquence le degré d'universalisation potentielle d'une telle "valeur". Autrement dit encore, le degré d'articulation libre possible entre la liberté de chacun et la liberté de tous, suivant une formulation déjà souvent proposée, par Kant par exemple, s' agissant du droit  :
"Le droit est la limitation de la liberté de chacun à la condition de son accord à la liberté de tous en tant que celle-ci est possible selon une loi universelle."

Mais encore trop souvent considérée comme une "vérité morale", là où je propose de n'y voir qu'une libre décision auto-référente de la valeur de la liberté partageable par toute personne qui veut librement la partager ...  La différence évidente avec la formulation kantienne ou encore rawlsienne, etc, tient précisément au fait que la "loi universelle" en question ne VAUT que pour les personnes qui en constituent librement la valeur.
La "valeur" propre de la liberté tient alors précisément à sa propre libre adoption, dont l' "universalisation" en effet posée comme "possible" pour tous sans contradiction , n'est "nécessaire" que pour ceux qui font effectivement ce libre choix : mais cette "nécessité" résulte alors directement de leur propre libre volonté, et non pas d'une "loi naturelle" , ni d'une "structure anthropologique", ni d'une "constitution transcendantale du sujet", etc.

Donc non pas comme "vérité morale" ou comme "vérité juridique" ou "vérité politique", etc. ( puisque la question essentielle de la "vérité" dans le rapport au "réel" a été volontairement  confiée à la rationalité scientifique en général, cf paragraphe 1 précédent ), mais bien comme VALEUR résultant de la  liberté personnelle  en tant qu'elle est "universalisable" à toute autre organisme "personnel" capable d'en exiger l' égal accès pour lui-même.

3. La question du libre exercice des croyances, opinions, créations, imaginaires, religieux ou esthétiques, "culturels" , dans lesquels chaque "esprit libre" doit pouvoir librement élaborer la singularité ou le libre partage des "goûts" de son choix, et des "conceptions" qu'ils se fait du monde, de sa propre "place" , etc. dans la libre diversité de ses attachements , de ses désirs ou de ses orientations esthétiques ou "culturelles". Dans ce troisième domaine, les "esprits libres" acceptent précisément librement que d'autres esprits libres aient des "goûts et des couleurs", ou des croyances ou des "univers symboliques et imaginaires"  totalement différents ou opposés à leur propre goût personnel, sous la simple condition ( définie en fait au paragraphe 2 ) de l' "égale liberté" d'exercer ses propres goûts et croyances aussi librement.
En ce 3ème domaine, le "relativisme" le plus radical est généralisable, tout en n' empêchant pas ceux qui choisissent librement  de former des communautés de "goûts et de croyances" partielles de le faire. En effet , nous avons défini le domaine 1 ( pour la question de l' universalisation potentielle d'un certain rapport "scientifique" à la vérité" ) et  le domaine 2 ( pour l' universalisation libre potentielle de l' "Égale Liberté" des "esprits libres" ) , comme largement suffisants pour permettre à des "esprits libres" de s' "entendre" suffisamment sur leur "liberté d' esprit" réciproquement et mutuellement constituée.
Le 3éme domaine n' a donc plus à être "contraint"  par quelque exigence d'universalisation que ce soit, ni par rapport à un "réel commun" ( dont la connaissance relève du domaine 1 de la "science" ) , ni par rapport à un collectif du "droit" , d'un "bien" ou d'une "justice" commune universalisable à tous les "esprits libres" , qui fait l' objet précisément du domaine 2 ( éthico - politique , etc. )
Si donc il se trouve que certains "esprits libres" se rencontrent au niveau de "goût" ou de "désirs" ou de "sentiments" ou de "pratiques artistiques"  ou de "rituels symboliques" communs, c'est simplement en vertu de certains "heureux hasards" de croisement et d' "harmonisation spontanée" de leurs cheminements propres.
C'est dans les différentes créations "artistiques" que nous pouvons le mieux exemplifier aujourd'hui ces libres croisements et modalités d'interférences créatrices, sans qu'aucun des "co-créateurs" n'ait à contraindre les autres à s'ajuster à ses propres "créations"  ni à leur demander des "comptes" quant à la "valeur" ni de "vérité", ni de "valeur éthique ou politique" des propositions de chacun.

Rien donc ne VOUS oblige à adopter un tel point de vue ou une telle distinction de trois domaines de questionnement.
Mais rien non plus ne VOUS empêche de considérer que ce triple point de vue que je propose personnellement puisse aussi devenir le vôtre.
" C'est VOUS qui voyez" ...
VOUS ne serez un "esprit libre" au sens où je l' entend que si votre "liberté d'esprit" arrive à s'accorder suffisamment avec celle de tous les autres "esprits libres" qui proposent un  "libre accord" similaire :

- 1. "NouS" existons dans un "réel" dont "NouS" ne constituons pas initialement ou "originairement" la "réalité primordiale" , mais dont nous pouvons de mieux en mieux constituer la "connaissance" partageable, en définissant des procédures de raisonnement, d'observation et d' expérimentation scientifique, potentiellement reproductible par chacun. ( principe de "réalité" dont cependant la science nous permet de tracer les contours et d'en tirer des "applications" techniques permettant de contourner ou de compenser les contraintes jugées inacceptables pour et par notre commune  liberté ).
- 2. "NouS" pouvons NouS donner librement une "constitution" d' Égale Liberté des Esprits Libres ou "personnes souveraines, libres et égales" 
   ( ou autres expressions équivalentes que notre commune liberté permettra d'inventer ... sous des formes culturelles ou esthétiques variées ... )
- 3. "NouS" pouvons chacun alors librement exercer notre "créativité" ou nos "imaginaires" dans cette mutuelle reconnaissance de notre liberté créatrice.

Cette triple distinction - articulation de notre "Raison", NouS permet progressivement de sortir de la simple condition initiale de "produits" ou de "résultats" de l' évolution de l' univers "réel", et  de substituer aux contraintes originaires du "réel", en réarticulant et en réorganisant le jeu de ces contraintes ( dont la science NouS permet d' avoir un "aperçu" )  , la "constitution" et la "construction" d'un monde d' Égale Liberté où ces contraintes du réel sont réorganisées pour permettre une plus grande et commune Liberté ... de tout "Esprit Libre" de l' Univers qui voudra se joindre à "NouS" et que "NouS" rejoignons donc également et librement.

( La forme "organique" particulière de matière et d'énergie organisée sous laquelle un tel "esprit libre" a été rendu possible ici ou là dans l' univers n'ayant pas d'importance essentielle alors en termes de "valeur"  de son exigence et de sa proposition commune de liberté partagée ... Car dans une telle perspective toutes ces diverses "incarnations" organiques deviennent elles-mêmes librement  échangeables dans une future "liberté universelle" )


Date de création : 20/06/2016 09:45
Dernière modification : 20/06/2016 09:45
Catégorie : Philosophie de la Liberté
Page lue 5088 fois
Haut

Valid HTML 5.0 freeguppy.org © 2004-2019 En savoir plus ... Valid CSS 3

Document généré en 0.04 seconde