EGALE LIBERTE

Accueil  Blog  Nouvelles  Téléchargements  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
Différents sens de l' expression "Egale Liberté"

Des multiples sens de l' expression "Égale Liberté"

L' expression "Égale Liberté" a déjà une longue histoire qui se confond presque avec l' histoire de la philosophie "moderne" ou encore de l' "Esprit des Lumières".

En voici une formulation célèbre en termes de "droit"  :

"Le droit est la limitation de la liberté de chacun à la condition de son accord à la liberté de tous en tant que celle-ci est possible selon une loi universelle."

      Kant, Théorie et pratique

Dans la Critique de la Raison Pure (Critique de la raison pure,  trad. A. Tremesaygues et B. Pacaud, Paris, 1944, p. 264 ) :

"Une constitution ayant pour but la plus grande liberté fondée sur des lois qui permettraient à la liberté de chacun de subsister en même temps que la liberté de tous les autres (je ne parle pas du plus grand bonheur possible, car il en découlerait de lui-même), c'est là au moins une idée nécessaire qui doit servir de base non seulement aux grandes lignes d'une constitution civile, mais encore à toutes les lois, et où il faut faire abstraction, dès le début, des obstacles actuels, lesquels résultent peut-être moins inévitablement de la nature humaine que du  mépris que l'on a fait des vraies idées en matière de législation"

56

 En un certain sens , du point de vue de l' énoncé de l'idéal théorique "formel", tout de ce que "NouS" proposons sous l' expression "Égale Liberté" y est déjà dit et en quelque sorte inclus, et tout objecteur à notre proposition peut ainsi à la fois prétendre récuser une certaine "originalité" ou "nouveauté" de notre proposition dans laquelle "NouS" ne ferions que répéter inutilement ce que d'autres penseurs ont depuis longtemps déjà proposé, et NouS objecter précisément toutes les mêmes objections qui ont été faites depuis longtemps à cet énoncé d'un principe d' "Égale Liberté".
Cependant, qu'il s'agisse de Rousseau, de Kant, des penseurs de la Révolution française ou américaine, ou plus récemment de philosophes de la politique ou du droit comme John Rawls, etc. il s'agissait toujours pour eux de prétendre qu'une telle proposition faisait partie du fondement d'un "Droit Naturel" , quel que soit par ailleurs les ambiguïtés de la référence à une "nature humaine" ou à une "nature" en général., comme si la "justification" d'une telle proposition devait se trouver dans un "fondement" extérieur à la liberté même dont cette proposition proclame la valeur. Certes, des auteurs comme Rawls ont bien vu qu'on ne pouvait pas se contenter d'un simple appel à une "nature" toujours suspecte de revenir à un fondement "ontologique" plus ou moins "divin" ,même si on emploi des termes alambiqués comme "transcendantal" ou "originaire" pour prétendre énoncer une "valeur rationnelle  objective" constituante de l' "humanité",  de l' éthique et du droit, mais qui ne soit pas elle-même "constituée" par les hommes, par leur évolution bio-psycho-sociologique et par l' histoire de leurs relations.
Chez Rawls on voit ainsi ( à travers la fiction du "voile d'ignorance" ) un essai de formuler les "premiers principes de justice" en prétendant les tirer d'une simple "procédure" que l'on suppose cependant à valeur "universelle" ...

 

Si notre propre proposition d' "Égale Liberté Libre Égalité" se limitait en effet à son premier membre ( "Égale Liberté" ) ,
NouS aurions en gros les mêmes problèmes et difficultés à répondre aux objections des contradicteurs ou des opposants au principe d' "Égale Liberté".
Mais précisément, NouS déclarons que notre propre version de cette proposition d' "Égale Liberté", ne se prétend plus  "fondée en nature" , ni reposer sur une "raison" a priori universelle , ni sur une quelconque "structure anthropologique" et encore moins sur une quelconque "constitution transcendantale" ou "originaire" qui échapperait à la volonté humaine tout en la "constituant".  Nous reconnaissons donc la légitimité des objections "positivistes" ou "historicistes" , "relativistes" ou encore "matérialistes" ou "empiristes", etc qui visent à "relativiser" toute cette prétention à l' universalité du fondement du droit ou d'une "éthique universelle" .
Cependant une telle "relativisation" ( liée à une analyse empirique factuelle des phénomènes évolutifs humains , culturels, politiques, économiques, sociaux, etc.) n ' "oblige" précisément personne non plus à renoncer à un tel IDÉAL d' "Égale Liberté"  sous prétexte qu'il ne serait pas inscrit dans un marbre "transcendantal" d'une table de la loi "universelle et nécessaire" .
 D'où peut alors venir un tel "fondement", PAR QUI et POUR QUI, sinon des personnes elles mêmes qui, EN TOUTE LIBERTÉ PERSONNELLE, précisément, font le choix éminemment personnel d' en faire pour ELLES-MEMES , leur propre IDEAL commun.
:
C'est donc leur liberté même, auto-posée comme valeur, qui "justifie" et "fonde en droit", la valeur de cette liberté.
Il suffit alors de s'apercevoir qu'une telle libre auto-fondation de la valeur de sa propre liberté personnelle, toute autre personne capable d' en comprendre le principe ( VOUS par exemple ), PEUT aussi Y adhérer et accepter que d'autres personnes qu'elle-même en partage à la fois les droits et les devoirs éventuels, en toute "Égale Liberté".
Ce n'est plus alors une quelconque "transcendance" ni structure a priori du fondement du droit ou de la morale qui obligerait un "sujet" à Y adhérer, ni bien sûr non plus une quelconque entité collective empirique existante ( État, Nation, Peuple, Communauté, Société, Humanité ... ) considérées comme "préalables" ou empiriquement constitutives de la "subjectivité" de ses membres. C'est purement et simplement, un acte libre de la personne elle-même qui instaure et institue la VALEUR de sa propre liberté à ses propres yeux.

Décision qui en conséquence lui pose la question OUVERTE, non seulement de sa propre liberté actuelle, présente, hic et nunc, mais de toute liberté future possible ouverte en droit à partir d'une telle décision, et de sa reconnaissance dans les mêmes termes, de l' Égale Liberté de toute autre personne dans l' univers qui prend pour et par elle-même une telle décision.
La libre décision personnelle de considérer toute autre personne faisant un tel choix comme rigoureusement ÉGALE "en dignité et en droits"  pour autant que celle-ci, prend elle aussi, cette "même" libre décision.

 

S'agissant des "Droits Humains" , il s'agit alors d'une nouvelle extension de ces droits et libertés et donc des "devoirs" qui en découlent pour leur réalisation "effective", mais non plus fondés sur un "droit naturel" supposé "valoir"  pour et obliger tous les êtres humains à partir d'une "constitution" ou un "contrat originaire" qui échapperait à leur propre libre volonté personnelle, ni d'un "droit positif" supposant la "légitimité" préalable de la "souveraineté" instituée par le jeu des "forces" sociales, politiques, historiques, culturelles, etc. ( Nations, peuples, communautés d'origine éthniques, linguistiques ou religieuses, etc.

Il s'agit d'un fondement d'un nouveau type de DROIT  DES PERSONNES qui ne vaudra que PAR et POUR les "personnes souveraines" qui  instituent collectivement entre elles la valeur autonome de leur "Égale Liberté et Libre Égalité" .
Tout "être humain" ( et plus largement tout être conscient de l' univers capable de comprendre ce qui est en jeu ...) est bien sûr "invité" à rejoindre ce nouveau statut de "personne souveraine, libre et égale" , mais il ne peut, PAR DEFINITION, ni y être contraint par la force, ni même "obligé" par un supposé "contrat humain ou anthropologique originaire" .
Ce n'est qu'une libre décision de sa part ( et donc la reconnaissance de l' Égale Liberté des autres qui l' accompagne ) qui peut l' engager lui-même dans cette voie.

Quant à VOUS, c'est vous qui voyez ...
 

------------------------------

On peut trouver des éléments d'analyse historique du principe d' "Egale Liberté" dans ce texte en ligne de Alain Laurent :
 http://www.catallaxia.org/wiki/Emmanuel_Kant:Les_justes_droits_d'%C3%A9gale_libert%C3%A9

Extrait :

" Lorsqu'il a invoqué cette norme dans la Théorie de la justice, Rawls n'a fait que reprendra son compte un principe énoncé depuis deux siècles déjà par Jefferson et Kant, qui, au beau milieu de... la Critique de la raison pure, présente comme une « idée nécessaire » celle d'une « constitution ayant pour but la plus grande liberté humaine fondée sur des lois qui permettent à la liberté de chacun de pouvoir subsister en accord avec celle des autres ». La formulation définitive en est revenu à Spencer dans les Social Statics puis les Principles of Ethics : « Chaque homme est libre de faire ce qu'il veut pourvu qu'il n'atteigne pas l'égale liberté de tout autre homme ». Ce que Popper a repris sous une forme négative : « la liberté de chaque individu ne doit pas être restreinte au-delà de ce qui est nécessaire pour assurer un égal degré de liberté pour tous » (La société ouverte et ses ennemis, II). "

On peut trouver en ligne de nombreuses références à l ' Idée centrale dont il est question, notamment formulée par Kant :

Voir par exemple ici : La philosophie du Droit de Kant  de Simone Goyard Fabre

---------------------------------------

COMMENTAIRE ( Armand Stroh ) . Plusieurs remarques préliminaires :

1. S'il existe une pluralité des formulations de ce qui par ailleurs peut apparaître comme une seule et même "Idée", c'est que la "liberté" dont il est question s' explore précisément déjà dans la liberté de penser et de formuler de façon variée le "sens" de cette "même idée" ( de l' "Égale Liberté" )  : chaque "penseur", tout en se confrontant aux énoncés d'autres penseurs ( ou aux siens antérieurs ... ), se donne en permanence la liberté de repenser "différemment" ou sous une autre "perspective" cette "même idée".
La liberté dont il est question est donc toujours à tout le moins la liberté pour chaque personne de "philosopher" ou en général sa "liberté de penser", et donc sa "liberté de conscience".

 

( Sous - remarque :
Cette liberté pragmatiquement en acte ( pensée langage  outil ) rétroagit sur l' "objet concept" qu'elle "construit" sous ce mot "liberté" et réciproquement : c'est donc de cette spirale récursive auto-référente qu'il est ou qu'il devrait toujours déjà être question : encore faut-il attendre que l' évolution des capacités technico-scientifiques en démultiplie les implications libres potentielles. ( par exemple par la modélisation informatique )
Il ne s'agit bien sûr pas d'oublier les "déterminismes culturels et sociaux" ou les contraintes proprement "formelles" ou linguistiques ou "structurales" qui peuvent infléchir de façon complexe les dynamiques personnelles, interpersonnelles et collectives des interactions entre ces "libertés de penser" individuelles.
Mais dès qu'on s'aperçoit de la dimension proprement "récursive" donc en un sens "auto-référentielle" et par exemple "auto-éco-géno-phéno-ré-organisante" ( comme dirait Edgar Morin ...) de la "liberté se posant elle-même", nous ne pouvons plus nous laisser impressionner par le simplisme de supposés "déterminismes" univoques ou linéaires qui interdiraient de donner un sens quelconque au mot "liberté. Si on se place du point de vue d'une analyse "causale" naturaliste ou physicaliste alors il faut au moins se reporter à des modélisations en termes de "systèmes complexes", car ce que nous appelons "liberté" ne se "réfère" qu'à des dynamiques organisationnelles "émergentes"  supposant une "complexité" suffisante des interactions, notamment cérébrales, pour former une "prise de conscience psychologique".
)

2. Mais la plupart de ces penseurs de l' "Égale Liberté" ont proposé cependant que cette "même idée" soit un "principe universel", voire même que leur propre formulation personnelle prétende à une telle "universalité" ( C'est notamment le cas de Kant ... ).
La problématique d'une telle universalité elle-même problématique est bien sûr à relier au concept même de "liberté" : un même MOT ( ou éventuellement quelques uns comme en anglais "liberty" et "freedom" ), peut être "librement" pensé avec une certaine variabilité de son contenu liée notamment à l' exploration personnelle LIBRE de cet espace sémantique et de ses implications linguistiques, culturelles, poétiques  ou "pragmatiques".
Comment se fait-il que ces penseurs n' aient pas remarqué que la notion même de "liberté de penser" était réapplicable "récursivement" à l' expression "liberté de penser" ? Et donc que chacun est précisément "libre de penser" ce que signifie "être libre de penser" ... tout en étant en effet en train de "tourner" ou de "graviter" autour d'une "même idée". Et que c'est donc cette liberté de penser elle-même qui d'une certaine façon limite l' unicité et l'univocité radicales de l'idée de "liberté".
L' idée de "liberté" est donc par excellence à la fois "une" ( comme le signale l'usage d'un mot ou de quelques mots dénotant cette "idée" ) et plurielle, à cause du contenu sémantique même de cette idée : "La liberté" se décline LIBREMENT en de multiples "libertés" et de significations possibles de ces "libertés" ... pour chaque personne librement pensante et volontairement agissante.

Remarque :
Kant lui-même aurait été bien placé pour savoir que la "critique de la Raison" ne pouvait être menée que par la Raison "elle-même", donc dans une "boucle" autoréférentielle. Évidemment, pour cela il faut renoncer à l'universalité a priori, sauf si on DÉCIDE LIBREMENT de définir désormais un tel "a priori" comme caractérisé par cette "autoréférence même", qui n' a donc plus rien de "transcendantal", mais est - par sa propre autodéfinition autoréférente - totalement "immanente" à elle-même, c'est à dire au "sujet" personnel lui-même qui s'y pose en effet lui-même "comme tel", comme "sujet libre".
( On est alors plus proche de l' "esprit absolu" hégélien , où tout "dehors" supposé nécessite au moins que cette "extériorité" soit pensée ... de l' "intérieur" de l' esprit ... ou devient une "pensée vide" ).

3. Concernant l' idée d' "Égale Liberté", l'usage de l' adjectif "égal"  est bien sûr problématique aussi : il est évident qu'on ne peut pas comparer les "libertés" comme on compare des "grandeurs" numériquement mesurables ou ordonnées.
La plupart du temps où l'on pense, imagine ou perçoit la liberté d'une personne comme supérieure ou inférieure à celle d'une autre ou encore pour une même personne comme supérieure ou inférieure suivant les moments et les circonstances, ce sont précisément certaines "conditions" empiriques d' exercice de la liberté qui sont considérées comme différentes ou "comparables" sur différentes échelles d'évaluation.
Si on parle d' autre chose ( de la "liberté en soi" indépendamment des conditions empiriques ), il s'agit alors d'une valeur que l'on pose, et cette position dépend donc de la décision de la personne qui pose cette valeur et choisit cette forme d' évaluation.
Rien ne m' empêche de "décréter" la valeur intrinsèque et auto-référente de ma liberté ... sauf ma liberté elle-même :
Si je me décrète "libre" de décréter la valeur intrinsèque de ma liberté, je CRÉE ce cercle auto-référent, non pas certes de l' ensemble des conditions empiriques  d' exercice de cette liberté ( qui ne dépendent qu'indirectement de ma volonté  consciente ), mais de sa "valeur morale" pour moi, puisque je décrète en même temps, que toute autre "valeur morale" supposée n' en aura pour moi qu' à l' expresse condition de ma propre liberté de jugement à cet égard.
Évidemment, il n' en résulte nullement ( contrairement à l' "universalisme a priori" de type kantien ) que "tout être humain" DOIVE en faire de même, et DOIVE de la même façon que moi, "décréter" la valeur auto-référente de sa propre liberté, au nom d'un "impératif catégorique" transcendantal : l' inconditionnalité de sa liberté signifie précisément qu'il PEUT le faire, comme moi j' ai décidé de le faire, mais qu'il PEUT aussi le refuser, en participant ainsi à la "constitution" d'une autre conception éthique, juridique et politique que celle que je propose, mais à laquelle je ne me sentirai aucune obligation ni éthique, ni juridique ni politique de "participer", si ma propre capacité de décision libre ultime m' est refusée.

Dès qu'on cherche à traduire l' énoncé formel d'une liberté en termes de "conditions réelles" de l' exercice de cette liberté,
on peut être amené à comparer ces diverses conditions entre elles.
L' exigence de l' "Égale Liberté" ne se traduit pas ( sauf dans une version "égalitariste" simpliste et totalitaire ) par l' "égalité numérique" des grandeurs physiques ou économiques associées, mais par des questions posées au sujet de leur ÉQUIVALENCE en termes de "liberté" individuelle et/ou collectivement choisie. Or cette "équivalence" effective  des conditions réelles d'une "Égale Liberté" est bien sûr fonction des personnes, des situations, etc. Elle concerne donc d'abord l' "Égale Liberté" au moins formelle, de chacune des personnes concernées, de participer à une telle "évaluation" collective, lorsque cette évaluation collective devient nécessaire à cause des conflits qui surgissent dans la réalité, même entre des personnes dont on supposerait qu' elles adhèrent librement au principe d' "Égale Liberté" entre elles. Bref le droit de chacune à participer "également" à la définition des "lois minimales" nécessaires à la sauvegarde et au progrès de l' "Égale Liberté".
Il appartient donc essentiellement à chaque personne de  définir avec d'autres personnes dans quels cadres de "bien commun", d' "intérêt commun", de "projet commun", etc.  elle veut établir des normes communes d'égale protection réciproque. Bien sûr une telle mutualisation volontaire choisie des conditions concrètes d' exercice des libertés ne peut pas s'installer du jour au lendemain dans des sociétés réelles marquées depuis une longue histoire culturelle, économique, sociale et politique de "tutelle" exercée sur ses membres par une ou des collectivités complexes d' "appartenances". multiformes et imbriquées.
Il appartient donc désormais à chaque personne de se poser dès aujourd'hui la problématique de ses "appartenances" ou "identités" collectives complexes, d' en analyser les causes et les effets, et de savoir qu'elle aura de plus en plus à décider par elle-même du type de lien culturel, social, économique, politique, etc. qu'elle voudra tisser avec d'autres personnes.

 

4. Très rapidement, à partir d'une certaine idée d'"universalisation" possible de l' idéal d' "Égale Liberté", se pose la question de savoir si, comment et par qui cet idéal sera ou devra être "partagé". D'autant plus que, comme nous venons de le voir, il n'y a pas de "vérité universelle" , et que des points de vue particuliers différents de philosophie morale, politique ou économique sont défendables par les uns et les autres ( du genre "utilitarisme", "droits naturels", "libéralisme", etc. )

- On connaît ici la "réponse" de certains, notamment de Rousseau, qui y répond en prétendant que la seule "solution" est de "contraindre chaque citoyen à être libre" ....
- J' ai déjà exposé plusieurs fois sur ce site en quoi précisément JE rejette radicalement cette idée que l' "Égale Liberté" dont il est question puisse être imposée à tous par la contrainte : c'est très exactement ce qui a conduit aux totalitarismes d' "extrême gauche" qui ont illustré notamment le XXème siècle.
- C'est très exactement une des raisons fondamentales pour lesquelles je propose, de façon immédiatement complémentaire au principe d' "Égale Liberté", celui réciproque de la "Libre Égalité" .


- Ce qui signifie que ceux ( les personnes ) qui veulent cependant à nouveau tenter une telle "constitution" prétendant "contraindre les citoyens à être libres" , ou qui invoquent une "souveraineté nationale" ( ou "communautaire" ethnico-religieuse ou autre collectif coercitif, même prétendu de "droit naturel" ) permettant à une "majorité" d'imposer sa dictature sur l' ensemble des personnes résidant sur un territoire, PEUVENT évidemment le faire ENTRE EUX si ça leur convient ( ils ne ME demanderont d'ailleurs probablement pas MON avis ...)  : c'est à EUX de penser si et à quelles conditions cela est réellement possible dans le monde actuel ...

Simplement JE ne participerai pas à leur "constitution", j' essayerai de "survivre en marge" ... en ayant le moins besoin de leur accord ou de leur soutien "communautaire", en "constituant" ma propre référence "collective" désormais avec TOUTE personne librement en accord ( à partir de son propre choix personnel ) avec un Idéal commun d' Égale Liberté et n'ayant donc plus besoin au niveau "symbolique" ou théorique d'une quelconque "contrainte" ou "obligation" ( sauf celle qu'elle se donne à elle-même dans ce libre choix assumé de l' "Égale Liberté" ) pour établir avec moi-même et les autres personnes animées par la même libre décision personnelle, la motivation projective commune fondamentale ( à long terme ), au-delà ou "par-delà" les anciennes autres "appartenances" ou "identités" multiples actuelles ou "alternatives". Cette motivation ou "sens" d'un projet commun possible ( que je propose de nommer provisoirement "Projet de l' Égale Liberté Libre Égalité" pour  en indiquer suffisamment simplement l' esquisse ) est potentiellement constituant d'un "NouS" dans lequel désormais je reconnais librement toute "personne souveraine libre et égale" comme co-citoyenne pour autant qu'elle me reconnaisse ainsi qu' à toute autre personne faisant cette même démarche la même égale co-citoyenneté.


5. Prolongement et différence avec l' Idéal d' "émancipation" des Lumières.

En un certain sens , certains verront dans ma proposition une simple reprise de l' Idéal "moderne" des Lumières :

- certains pour dire que ma proposition n' est qu'une pâle copie des Idées philosophiques "originales" de cette époque
- d'autres pour en conclure immédiatement que les critiques adressées depuis longtemps et actuellement à la tradition des Lumières,
valent par conséquent pour ma propre proposition.
Je ne renie évidemment pas une telle "parenté" dont le choix de l' expression "Égale Liberté" est aussi significatif.
Mais, dans ma propre proposition on ne retrouve plus du tout ni de recours à un universalisme a priori de type kantien, ni à un quelconque "droit naturel" , ni même à l' idée qu' un tel "projet d' émancipation" devrait "nécessairement" valoir pour tous :
- si je retiens l' universalisme POTENTIEL ( ouverture du projet à toute personne capable d' en comprendre le contenu de proposition minimal  ),
l' exigence simultanée explicite de la "Libre Égalité" signifie précisément que cette proposition, loin d' être basée sur une sorte d' impératif catégorique, transcendantal ou anthropologique ou sur un quelconque ordre de la "Raison humaine universelle", est directement indexé sur la LIBRE DÉCISION PERSONNELLE d'y adhérer.
Et qu' en particulier la nouvelle inflexion de sens proposée pour l' expression "Égale Liberté" est désormais  marquée en retour par le sceau de cette "Libre Égalité" dont la dynamique justificative ne peut provenir que de la liberté individuelle et non d'un collectif historique, culturel ou social supposé "préalable" ( même pas celui de la "Tradition des Lumières", et ceci d'autant plus que les "Lumières" consistent précisément toujours à questionner toute "Tradition" de façon "critique" ...)


Date de création : 13/08/2016 11:41
Dernière modification : 13/08/2016 11:41
Catégorie : Egale Liberté
Page lue 7207 fois
Haut

Valid HTML 5.0 freeguppy.org © 2004-2019 En savoir plus ... Valid CSS 3

Document généré en 0.04 seconde