EGALE LIBERTE

Accueil  Blog  Nouvelles  Téléchargements  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
Formalisme et Fondamentalisme. Commentaires

Quelques commentaires concernant l' info-scénario "Fondamentalist" de "Personne" :

Référence :

1. La mise en scène de cette partie d' échec est, bien évidemment essentiellement  .... formaliste,

Même si on peut supposer que "derrière"  la mise en scène de deux masques de "personne"  ( toujours ces arrières-mondes supposés ... ), la "Formaliste" et la "Fondamentaliste", il n' y a pas qu'un jeu de masques, ou de "personnages", mais peut-être une tentative désespérée de recoudre en effet deux lèvres d'une plaie ouverte que la "personne" derrière "Personne" ne cesse de vouloir  extraire de son propre "fond" , il n' en reste pas moins que la syntaxe où s'ordonne la mise en scène de ce "jeu d'échec" est "fondamentalement formaliste" , comme l' est toute "syntaxe" :
L' opposition binaire ici présupposée entre "Fond" et "Forme" ne tient qu' à cette mise en ... Forme simpliste de l' opposition binaire.

Au minimum il faut y faire jouer l' opposition binaire en abîme, comme dans la "figure" du Yin-Yang, ou dans ce qu'il est aujourd'hui bien connu d' appeler une "fractale".
C'est ce qui est évoqué ici par exemple lorsque les pièces du jeu d'échec sont supposées se déplacer d'elles-mêmes de façon "souple et continue"  en déformant leur propre "identité" de "pièce" . Ou mieux encore, lorsque deux pièces sont supposées devenir par moment les joueuses elles-mêmes  en combat.
Il faudrait ici continuer un peu la mise en abîme ( faire apparaître par exemple  un mini jeu d'échec entre les deux pions qui se battent ...  )  , ou faire à la fin un zoom inversé qui fasse apparaître la "Formaliste" et la "Fondamentaliste" comme deux simples pièces lilliputiennes d'un super jeu d' échec , qui lui-même ...
Et de poser la question de savoir si cette transformation d' échelle conserve purement et simplement la même organisation ou si la nature même du jeu change avec l' emboitement en abîme, ou encore si ces "hiérarchies" ne sont pas aussi "enchevêtrées"

Et c'est bien sûr un jeu toujours renouvelable, et donc intrinsèquement "indécidable" .

De quoi "au fond" ce jeu du "fond et de la forme" est-il la mise en forme ?

Réponse "fondamentaliste" : du jeu de l' Être et du Néant , sauf que l' Être "pur"  et le Néant "pur"  ... sont formellement indiscernables ( Voir Hegel )

Réponse "formaliste" :
Le jeu de la "forme et du fond" est la mise en forme .... de lui-même : il est "fondamentalement" sa forme propre forme et son propre "fond" :
Les mots "fond" et "forme" se distinguent ( éventuellement, c'est à  explorer formellement ...  ) , par leur fonction syntaxique dans les discours et textes qui l' utilisent.



- La "Formaliste" peut toujours faire remarquer à un méta-niveau, que toute opposition binaire ( Fond / Forme , Dieu / Diable , Bien /  Mal ....  ) n'est .... qu' une Forme ( même la forme élémentaire paradigmatique de la logique formelle, de toute notre "informatique", etc... ), et qu'il est toujours à nouveau possible de construire une "Super-Forme" ou "Structure" ou "Système"  qui contienne et définisse les oppositions du niveau "naïf" précédent.
La Formaliste intelligente remarque donc bien sûr les limites de son propre formalisme existant, et c'est bien ce qui lui permet de chercher à  en créer et en construire de plus "puissants" .

- quant à la "Fondamentaliste", elle peut en effet toujours aussi relever que quelque soit son niveau de complexification formelle, aucun formalisme strict ne peut "englober" la totalité du "réel", ni même la "transfinité" de ses propres productions formelles "virtuelles", comme les logiciens "formels" l'ont amplement mis en évidence depuis Gödel ...

 Sauf que même pour désigner un tant soit peu rigoureusement des "indécidables" de ce genre, le logicien formaliste est bien mieux armé que n'importe quel "fondamentaliste" fumeux, dont les "infinis" et les "arrières fonds" ne sont jamais que le reflet du "flou" de sa propre intuition imaginaire ... dont il prend les vessies pour des lanternes et l' absence de pensée pour une pensée de l' absence.
 Et en effet tout "Fondamentaliste" rigoureux finit par faire ainsi un grand "plouf" océanique dans son propre "trou noir" ... ce qui ne serait que son problème, s'il ne cherchait fréquemment à y  entraîner de force d'autres avec lui ...  tellement  il finit par en vouloir à tout le monde ne de pas être dans le même embrouillamini simpliste que lui ! Ou finit par se bloquer lui-même dans un formalisme "rituel" des plus simplistes ! ( "Dieu est grand, grand, grand, grand ... " , grandiloquentes loques hantent  )
 

La "Fondamentaliste" prétend qu' en montrant du doigt "quelque chose = X " ( dont elle prétend par ailleurs ne rien savoir ... ), elle participe d'une sagesse transcendantale, à laquelle la "Formaliste" n' aurait pas accès puisqu' elle se contenterait de regarder le bout de son doigt .
Toute "Fondamentaliste" s' enferme et s'enferre dans sa propre contradiction :
- soit de chercher à énoncer ce que par principe elle pose comme non énonçable et donc de transformer son "X  derrière son dos" en pure idole en prétendant malgré tout poser "x" devant soi et devant les autres : " Je vous présente mon "Dieu", car je l' ai rencontré ... "
- soit de se taire à ce propos, comme elle devrait le faire en pure silence ontologico-mystique et de ne partager avec les autres ... et elle-même en tant qu' autre que ce qui est "partageable" ... et donc communicable dans quelque langage, même s'il s'agit encore et toujours aussi de réinventer et de recréer les langues et les langages.

2. L'opposition de la Forme et du Fond, n'est pas celle qu'on croit souvent et  dont un aspect est mis en scène dans ce scénario.

Ceux qu'on taxe d'être des "formalistes", ne sont pas spécialement attachés aux formes qu'ils manipulent, car un formaliste sait  que ce ne sont que des formes dont il a lui-même défini le vocabulaire et la syntaxe. Un scientifique sait comment le discours scientifique qu'il propose est produit suivant des "protocoles" partageables avec ses pairs et potentiellement par n'importe quel esprit qui fait l' effort de comprendre ce protocole. Il est donc parfaitement conscient du caractère relatif et provisoire de la connaissance ainsi construite et "mise en forme".

Ce sont plutôt un certain nombre de "fondamentalistes" qui sont caricaturalement "formalistes" , parce qu'ils croient que la forme particulière de la "lettre" qu'ils énoncent leur vient d'un "fond" auquel ils auraient un accès privilégié par une forme d'expérience privilégiée.

Quoi de plus formellement rigide et répétitif que le marmonnement rituel et incantatoire des "vérités éternelles" d'un fondamentaliste !
Quand on croit que ce qu'on raconte soi-même ou ce qu'on entend dire à d'autres est directement "inspiré" par quelque muse ou divinité, ou par un "état de conscience supérieur"  qui donnerait accès à une "Vérité" ou à la "Vie" ( avec des grands V  ) , sans passer par le travail de construction personnel et culturel créateur de forme, c'est là qu'on risque le plus d'être sous l' emprise d'une pure "forme" qui se donne illusoirement ou mensongèrement pour un "fond" extraordinaire.

3. Aussi bien le mot "forme" que le mot "fond" désignent en fait des sens multiples, qu' au fond souvent on "con-fond" :
 il vaudrait mieux en distinguer "formellement" certains aspects.


Date de création : 03/05/2015 14:00
Dernière modification : 03/05/2015 14:00
Catégorie : Personne
Page lue 3267 fois
Haut

Valid HTML 5.0 freeguppy.org © 2004-2019 En savoir plus ... Valid CSS 3

Document généré en 0.01 seconde