EGALE LIBERTE

Accueil  Blog  Nouvelles  Téléchargements  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
Libre Egalité : Auto-institution de la personne souveraine

"Libre Égalité" :

L' auto-institution de l 'autonomie
de la "personne souveraine sur elle-même"

Cette question est fondatrice et cruciale pour tout le "Principe d' Égale Liberté Libre Égalité". 
Et la réponse pour VOUS, ne dépend, par définition, que de VOUS.

C'est VOUS seul, comme personne, qui êtes "justifiés" de dire si VOUS VOUS considérez VOUS-MÊMES comme une "personne souveraine sur elle-même" ou pas.

Vouloir être "librement égal" à  d'autres personnes "également libres"  ne dépend, par définition de cette "libre égalité" ( c'est ce qu' énonce son qualificatif de "libre" ), que de la personne qui déclare sa propre liberté à ce sujet et qui en assume la continuité dans le temps.
Personne ne peut prendre à la place de cette personne une telle décision d'auto-proclamer sa propre liberté ... d'être libre de déclarer sa propre liberté.

Soit une personne se déclare elle-même "souveraine sur elle-même" en dernière instance, soit elle ne veut pas le faire, pour des raisons qui la regarde :

- soit parce qu' elle n' y a encore jamais vraiment réfléchi ...
- soit parce que, y ayant réfléchi, elle décide qu'une ou plusieurs autres "souverainetés" ont autorité sur elle-même, qu' elle se place sous la "tutelle" de ces "autorités", comme un "enfant ", ou un "mineur", qui se dit qu'il n' a pas encore atteint la pleine "majorité" qui l' autoriserait à décider lui-même de sa propre vie.
Dans ce cas, une telle personne devra, dans les faits, en permanence gérer sa propre incohérence éventuelle à dire que c'est bien "elle-même" qui choisit librement ... de ne pas choisir elle-même librement.

Ainsi l' éternel "enfant" qui dirait :  je dois continuer à obéir éternellement à "papa-maman"  ( ou "dieu", ou la "nature", ou le "peuple français" ... ) ,
PUISQUE "papa-maman" ( ou "dieu" ou la "nature ou ... ) m'ont dit que je devais leur obéir éternellement ...

L' "enfant" devient "majeur" lorsqu'il est capable de se dire à lui-même : j' obéis à telle ou telle "injonction" d'une tutelle antérieure quelconque si JE VEUX
accepter cette "proposition", et je n'y obéis pas, si JE NE VEUX PAS accepter cette "proposition". Bien sûr, la plupart du temps, la personne "majeure" prendra une telle décision personnelle volontaire en fonction de "bonnes raisons" qu' elle se donne , et non pas en fonction d'un simple arbitraire aléatoire de "pile ou face"  ( "liberté d'indifférence" ) ... qui n'est, comme l' on déjà dit bien des philosophes que le degré le plus bas de la liberté. La simple volonté "aveugle", "pile ou face arbitraire, n' acquiert de sens que dans certaines situations précises où on a de "bonnes raisons" d'y recourir ...

La proposition de l' "Égale Liberté Libre Égalité" ne s'adresse qu' aux personnes qui se sont elles-mêmes déclarées autonomes à leurs propres yeux, dans leur propre conscience d' elles-mêmes, comme "conscientes d'elles-mêmes", et décidant désormais de façon "auto-nome" de la valeur de leur propre décision à leurs propres yeux.

La proposition "ELLE" ne peut ni ne veut en aucun cas effectuer une telle démarche "à la place" de la personne concernée, puisque par définition l' adhésion libre à une telle proposition est une initiative "personnelle", et non pas un statut préétabli ou une institution et encore moins une "nature" définis antérieurement par d'autres personnes ou par une entité collective supérieure  ( divine, communautaire, sociétale, culturelle, économique, politique, etc. )

C'est très exactement ce qu' énonce l' expression "- Libre Égalité" en insistant sur l' adjectif LIBRE : cet adjectif est auto-conféré par la personne elle-même.
Et cela ne dépend donc, par définition, QUE de la volonté de cette personne, qui seule peut savoir "ultimement", si sa propre "liberté" est "libre" à ses propres yeux ...
Cela suppose bien sûr qu'on puisse parler de "volonté d'une personne" : ce que NouS décidons ici ... pour " NouS-MEMES ", cette décision ...  en étant la "preuve" ... suffisante pour NouS-MEMES.

Si VOUS ne VOULEZ pas considérer que VOUS avez une VOLONTE, c'est VOTRE LIBERTE ! C'est donc à VOUS de résoudre VOTRE problème de cohérence qui peut venir du fait que VOUS dites alors "Je VEUX ne pas avoir de VOLONTÉ" ,  VOUS êtes alors dans un cercle potentiellement contradictoire comme le "Crétois qui dit que tous les crétois sont des menteurs" . Ce n'est pas à NouS de VOUS sortir d'un tel cercle vicieux dans lequel VOUS VOUS seriez VOUS MEMES enfermés ...
Car si VOUS ne VOULEZ rien, NouS ne pouvons, ni ne voulons "VOULOIR" à votre place.

NouS supposons donc que VOUS savez VOUS MEMES suffisamment ce que VOUS voulez, pour pouvoir décider si VOUS voulez OU NON reconnaître que d' AUTRES PERSONNES  que VOUS MEMES puissent vouloir  être, rester ou devenir  AUSSI LIBRES que vous voulez l' être, rester ou devenir  VOUS MÊMES.

----------

"PAR DÉFINITION" :

Remarque :  Quand j'utilise ici l' expression "par définition" , s'agissant du cadre général que je propose du "Principe d' Egale Liberté Libre Egalité", il s'agit bien sûr de "définitions" que j' ai moi-même ( Armand Stroh ) librement  posées, comme "libre auteur philosophique", et dont "par définition" ( auto-référente ), je ne prétends obliger et encore moins contraindre personne d'autre à les adopter.
Mais ce sont des "définitions" que j' ai cependant cherché à poser de telle façon que toute autre personne PUISSE les adopter également,  s'il elle en prend précisément la libre décision, sans contradiction logique avec toutes ces autres personnes qui prendraient cette même libre décision.

 

Si donc VOUS ne voulez pas adopter ces "définitions", dans la forme ou les formes où je les expose, "LIBRE A VOUS", d' en donner vos propres versions et de définir vos propres "libres usages" des expressions "Égale Liberté" et "Libre Égalité", puisque "PAR DÉFINITION", VOUS êtes "aussi libre" que moi d' en fabriquer et d'en proposer à l' examen des autres ... pour autant que VOUS acceptez alors cette "même liberté" chez les autres.
 

Sinon, SI VOUS VOUS donnez une liberté générale de créer des définitions que VOUS proposez, mais en déniant à d'autres cette MEME LIBERTE de créer des définitions, alors en effet, VOUS NE PARLEZ PAS DE LA "MEME CHOSE" ni de la "CHOSE MEME" dont je parle.

VOUS êtes alors aussi libre que moi  (et réciproquement ... ) de créer d' autres "définitions" de ce que VOUS appelez "Égale Liberté" et "Libre Égalité", et la même question se posera à VOUS : proposerez VOUS aux autres cette MEME LIBERTE que VOUS VOUS donnez, ou voudrez VOUS imposer aux autres d' accepter ou  de subir votre propre "LIBERTÉ" sans avoir eux-mêmes à définir ou à énoncer la leur ?

La même question d'une articulation entre une notion et un idéal comme l' "Égale Liberté",  où la présence de l' adjectif "Égale" suppose nécessairement que diverses "libertés" soient d'une façon ou d'une autre "comparables" , et une notion et un idéal de "Libre Égalité", où la présence de l' adjectif "Libre" signifie que chaque personne peut entrer librement dans une telle relation d' "Égalité" de leur  liberté avec d'autres.

Bien sûr, par définition, VOUS pouvez aussi, par simple "Liberté" prétendue de votre part, choisir  de forcer d'autres à ne pas l' être ...

Il est d'ailleurs probable, dans ce cas, que l' expression "Égale Liberté" ne vous intéressera pas du tout en tant qu'idéal à partager.

Et que vous préférez de loin vous situer dans un ordre moral, politique et social d' "INÉGALE LIBERTÉ" , en essayant probablement dans ce cas d'être le plus "haut" possible dans cette "hiérarchie des Inégales Libertés"... ou d' avoir une relation privilégiée avec la plus haute "instance" de votre système inégalitaire.
( Le guide suprême, le représentant de dieu sur terre, "dieu" lui-même ... , qui devrait VOUS assurer une "meilleure place" qu' aux autres ... )

VOUS ne VOUS étonnerez pas, dans ce cas, que ces autres pourront ... vous rendre la "pareille" ...
(
ainsi tous ces "croyants" à un même Dieu, qui demandent chacun à ce même Dieu de leur donner la victoire ... sur les autres qui font de même )

Il n'est pas du tout dans mon intention, ni dans mes définitions, d' empêcher ceux qui choisissent librement de s' engager dans un système d' "INÉGALES LIBERTÉS" de le faire de leur côté : ils sont clairement "DeHors", des "étrangers" à mon propre "contrat social", et la proposition de l' Égale Liberté Libre Égalité" n'est pas "définie" pour eux. Ils ne peuvent donc pas non plus prétendre y participer ni comme "constituants", ni comme "bénéficiaires" éventuels du "Contrat d' Égale Liberté Libre Égalité"
Sauf dans la mesure même où, quelque part, sous un rapport donné, ils acceptent LIBREMENT de reconnaître une "Égale Liberté" aux autres ... et peuvent donc avoir un petit appendice ou "connecteur"  "DeDans".

Ils ont alors le "libre problème" de "définir" suffisamment bien pour eux-mêmes,  la frontière interne sur  laquelle ils louvoient , entre un "DeHors" d'" Inégale Liberté" ou encore d' "Égalité NON Libre" , voire les deux cumulés, et cette part d' "eux-mêmes" où pourtant ils pensent pouvoir accepter l' "Égale Liberté" d' autres personnes.

C'est bien sûr à l' apprentissage de la gestion personnelle d'une telle "frontière" que chaque personne est en permanence convoquée  ... si elle prétend donner un sens cohérent à sa propre revendication simultanée de Liberté et d' Égalité . Convoquée ... par elle-même.

 


 


 


Date de création : 05/05/2015 15:50
Dernière modification : 05/05/2015 15:50
Catégorie : Egale Liberté
Page lue 14498 fois
Haut

Valid HTML 5.0 freeguppy.org © 2004-2019 En savoir plus ... Valid CSS 3

Document généré en 0.02 seconde