EGALE LIBERTE

Accueil  Blog  Nouvelles  Téléchargements  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
ELLE, l' Humanisme et le Transhumanisme

ELLE, l' Humanisme et le Transhumanisme

Rappel et précisions préalables :

Le principe d' Égale Liberté Libre Égalité proposé sur ce site, part de l' auto-position de la valeur éthique de sa propre liberté par toute entité capable de se poser ce type de "question", de se donner une représentation de sa propre liberté par rapport à celle d' autres entités.
La proposition de l' "Égale Liberté", consiste, pour une telle entité, à proposer à toutes les autres entités réelles, possibles ou imaginables de l' Univers ( pouvant exister dans le futur ), de bénéficier d'une telle "Égale Liberté" partagée, sur la base simplement de la libre reconnaissance réciproque par ces autres de cette même "Égale Liberté".
Aucune référence directe n'est faite ici à une quelconque appartenance à l' "humanité", de telles entités.


Ce qui est décisif, c'est :

1. Un ensemble de capacités cognitives, très variables, mais permettant à cette "entité" de se représenter consciemment elle-même et de se représenter d'autres entités avec lesquelles elle peut être en relation dans l' Univers, comme ayant elles aussi  une certaine autonomie consciente réflexive de décision et de volonté.

2. Des possibilités effectives de communication avec ces autres entités permettant à chacune de savoir en quoi les autres peuvent être en accord ou en désaccord avec ses propres représentations et de se construire des accords partiels sur des jugements, décisions ou actions coordonnées à entreprendre.

3. Fondamental, mais pas nécessairement partagé par tous les "êtres humains" :
La volonté librement pensée et exprimée par une telle entité de n'utiliser en principe sa propre liberté dans une action dans et sur le réel que dans la mesure où cet exercice est compatible avec l' Égale Liberté de ces autres entités ( lorsque et dans la mesure où il est possible à toutes ces entités d' avoir une connaissance de leur propre existence et de leurs "libres volontés" respectives ).
Une telle "Égale Liberté" ne peut pas être octroyée de l' extérieur ou, pire, être imposée à de telles autres entités si celles-ci ne sont pas en retour CAPABLES de penser une telle liberté, et donc de prendre par elles-mêmes la libre décision ( "Libre Égalité" ) de "partager" une telle liberté avec les autres sur une base d' "Égale Liberté" .

Dans la pratique actuelle, les seules entités disposant suffisamment  à notre connaissance de telles capacités cognitives et communicationnelles sont d'autres "êtres humains" terrestres.

( Mais je suis prêt à réviser ce point, si un "grand singe" ou un dauphin, ou un nuage d' électrons pensant, ou l' esprit d'un peuple", vient "en personne" - et non à travers la "représentation" par une personne humaine individuelle - me dire qu'il est une "personne"  prête à discuter avec moi de nos libertés respectives ...  )

Mais rien, dans le principe d' Egale Liberté Libre Egalité que NouS proposons, n' exige a priori une telle "appartenance" à l' espèce "homo sapiens", ni au genre biologique "homo", ni à une quelconque autre classe de systèmes  biologiques ou physiques organisés.

Aussi bien d'autres entités organisées "naturelles" ou "artificielles", SI elles montraient suffisamment de telles capacités ... et donc se débrouillaient aussi par différents signes pour les manifester, pourraient a priori être admissibles dans le cercle des "personnes souveraines libres et égales" :

La condition restrictive n'est pas d' être un "être humain", mais d' être un "être" capable de reconnaître sa propre liberté et celles d' autres êtres que lui ET de décider librement à partir de là que tous ces autres "êtres capables de liberté réflexive consciente" ont le même "droit" que soi-même à l' exercice de leur propre liberté, pour autant qu'ils acceptent réciproquement ce même "droit" pour les autres.

Le principe "éthique" d'  "Egale Liberté <-> Libre Egalité" ainsi co-institué, peut être compris et proposé par chacune de ces entités ( en son propre langage ... s'il fait l' effort de faire comprendre aux autres sa propre exigence de liberté ET sa capacité à reconnaître aux autres la leur ... ).
Par définition, dans cet aspect simplement propositionnel, tout être capable d' énoncer une telle "proposition" en a le "droit" ( qu'il se donne à lui-même  dans le fait même qu'il se le "propose" au moins déjà à lui-même en le "pensant " ). C'est en particulier ce que je fais moi-même, ici.

Mais réciproquement, l' adhésion à la valeur éthique d'une telle proposition, l' accord pour en faire un principe non seulement qu'on "comprend" intellectuellement, mais qu'on décide de poser soi-même comme principe régulateur de ses propres "jugements éthiques" et de ses propres actes "responsables", dépend de la LIBRE DÉCISION de chacune de ces entités elles-mêmes, et ne peut d'aucune façon leur être légitimement imposée du dehors par une quelconque "autorité supérieure" ( ni individuelle ni collective ).
( C'est ce que signifie la deuxième partie du Principe : " <-> Libre Égalité" )
C'est en particulier aussi la raison pour laquelle cette proposition que j' "énonce" à partir de ma propre liberté, ne prétend en aucune façon être une "vérité morale" , ou une "vérité" de quelque ordre que ce soit, ni l' énoncé d'un quelconque "droit naturel", et encore moins d'un "principe moral universel" :
La "valeur" de ce "principe"  est simplement "universalisable" pour et par toute personne qui prendrait elle-même cette même libre décision de l' adopter.


- Est-ce à dire que toute entité incapable d'une telle compréhension serait considérée par "nous" comme privée de tout droit ? Évidemment non : mais, par définition, elle n'aurait comme "droits", qu'une combinaison incomplète entre ses propres capacités réelles de volonté autonome et ce que d' autres qu' elle-même lui "octroient" comme droits, en parlant à sa place ...

  Elle serait simplement dans un état de "minorité" , d' "assistance" ou de "tutelle", aussi longtemps qu'elle est incapable, effectivement, de se  "penser" elle-même ainsi comme volonté autonome interagissant avec d'autres volontés autonomes. C'est couramment, ce que fait déjà le droit actuel, en ne donnant pas les mêmes "capacités judiciaires" aux enfants ou à certains handicapés mentaux qu' aux "citoyens adultes" de plein exercice. 

Même si nous cherchons à penser un "droit des animaux" ou un "droit des espèces vivantes" ou un "droit des écosystèmes" ou un "droit des entités culturelles", ou un "droit des personnes morales" ( collectifs associatifs comme tels ), ou même un "droit des peuples", c'est toujours seulement dans les faits ACTUELS, parce que des "personnes humaines" réelles individuelles, conscientes des problèmes posés, se chargent de "prendre la défense" de tels "droits" que ces "entités" elles-mêmes sont bien incapables de "penser" par elles-mêmes.

Mais, une telle situation de "minorité", de "tutelle" ou de "dépendance morale", n'est pas, dans la perspective du principe d' Egale Liberté Libre Egalité, la situation idéale visée pour une "personne souveraine libre et égale", puisque ce sont précisément ces capacités de se penser soi-même comme source d'une volonté autonome qui en sont à la fois une condition réelle et la valeur fondamentale que ces personnes cherchent à conserver et à développer en commun.



 


Date de création : 01/07/2015 12:07
Dernière modification : 01/07/2015 12:07
Catégorie : ELLE, Humanisme, Transhumanisme
Page lue 6422 fois
Haut

Valid HTML 5.0 freeguppy.org © 2004-2019 En savoir plus ... Valid CSS 3

Document généré en 0.02 seconde