EGALE LIBERTE

Accueil  Blog  Nouvelles  Téléchargements  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
L' actuelle "DUDH" : un échafaudage provisoire pour ELLE

L' actuelle "Déclaration Universelle des Droits de l' Homme"  :


Un échafaudage provisoire pour mettre en oeuvre

le Projet d' "Égale Liberté Libre Égalité".

 

Le Projet d' Égale Liberté Libre Égalité  est bien sûr fondamentalement un "chantier" de longue haleine, même si le Principe central d' "Égale Liberté Libre Égalité", peut  être formulé dès maintenant, par toute personne qui veut s'y référer.

L' existence d'un cadre juridique international, lui-même centré sur la "Déclaration Universelle des Droits de l' Homme" de 1948, malgré toutes ses insuffisances et limites, constitue néanmoins déjà une structure cadre provisoire suffisamment solide, à travers la soumission - toute relative certes - mais cependant partiellement effective, des "États parties"  à la "Charte des Nations-Unies", aux deux grands Pactes qui ont été élaborés et plus généralement à la trame juridique d'un "Droit International", sur lequel les personnes humaines peuvent aujourd'hui essayer de s'appuyer pour la défense de leurs "Droits humains",contre toutes les forces et institutions sociales, politiques, économiques, culturelles qui voudraient mettre simplement les personnes humaines à leur "disposition", comme de simples moyens recyclables pour des "projets collectifs" supposés les dépasser, ou plus prosaïquement pour le projet de domination inégalitaire de certains "êtres humains" sur d' autres "êtres humains".


Parmi toutes les personnes humaines théoriquement "sujets de droit" de ce droit international, celles qui choisiraient, à partir de leur propre liberté personnelle, de développer davantage entre elles-mêmes la mise en oeuvre d'un "Projet d' Égale Liberté Libre Égalité", peuvent donc s'appuyer de fait au minimum, sur ces "droits et libertés fondamentales" que le Droit International est supposé déjà aujourd'hui garantir aux personnes.
En particulier bien sûr les libertés de conscience et d' expression, la liberté d' association, la liberté de circuler, la liberté de changer de nationalité, etc.

Il n'est donc pas question pour "NouS", de remettre en cause ces protections juridiques fondamentales minimales qui vont NouS servir d' échafaudage provisoire pour édifier notre propre nouveau "Droit" futur, lui-même plus explicitement centré sur la libre adoption personnelle d'un Principe commun entre "NouS" d' "Égale Liberté Libre Égalité". NouS continuerons donc encore longtemps à défendre au minimum ce noyau existant de la "Déclaration Universelle", pour construire juridiquement et politiquement les outils de "notre Projet", qui en est le prolongement libre et volontairement assumé, et non plus la fiction juridique d'un "Droit Naturel", ni la simple inscription de rapports de forces interétatiques ou sociales ou économiques sous la forme d'un "droit positif"  des plus forts.

De même, NouS ne remettons pas en cause la légalité de ce cadre juridique international, même si, dans le cadre même de la liberté de conscience et d' expression qui NouS est ainsi garantie, NouS avons parfaitement le droit d'émettre des jugements philosophiques critiques sur les supposés "fondements" de ces "Droits de l'Homme", et en particulier de critiquer la prétention de certains de les fonder sur un "Droit Naturel" ...

La question générale du "Fondement du Droit" est une question philosophiquement et même juridiquement "OUVERTE" , dont la base même du Droit existant doit garantir l' ouverture, à travers la liberté de pensée et de conscience de chaque personne humaine.
Toute interprétation du noyau des "Droits de l' Homme" sous la forme d'un "dogme" de type religieux ou même "sacré", serait intrinsèquement contradictoire avec les libertés mêmes que ce noyau est censé garantir à chaque "être humain".

La précision supplémentaire que NouS proposons d' introduire sous l'expression "Égale Liberté Libre Égalité", est d’emblée proposée comme partielle, n' ayant de valeur que par et pour les personnes qui y souscrivent librement.  D'autres êtres humains peuvent donc parfaitement choisir de ne pas être concernés par ce nouveau pacte ou contrat social. A cause même de la moitié "LIBRE ÉGALITÉ" du principe, l' adhésion est ... LIBRE. Mais en conséquence aussi l' ÉGALE LIBERTÉ spécifique qui en résulte ne vaut aussi que pour les personnes qui en reconnaissent la valeur pour elles-mêmes, que cela soit pour protéger leurs nouveaux "droits" ou pour exiger d' elles qu'elles contribuent, librement, mais réellement, à l' effectivité de ces "droits".

Les personnes qui ne veulent pas s'inscrire, d'aucune façon, dans une telle nouvelle conception de leur Égale Liberté réciproque, se voient et se verront simplement ... dans le même contexte éthique, juridique et politique, que la confusion complexe des situations juridico-politique actuelles ... Rien de changé ... pour elles, par rapport aux problématiques actuelles ou anciennes de l' éthique, de la politique et du droit. ... Sauf qu'elles sauront que d'autres personnes cherchent en effet, progressivement, mais librement à partir de leur propre décision volontaire personnelle, à construire un tel nouveau dispositif leur permettant de mieux incarner leur idéal commun d' "Égale Liberté" dans le réel.

Du même coup, se pose la question d'une "nouvelle frontière", passant à l'intérieur de chaque personne, et se projetant de différentes façons dans les espaces où elles agissent, entre un "DeDans" et un "DeHors" suivant que la personne choisit plus ou moins ( c'est elle qui en décide en dernière instance là où elle agit  ), de se tenir à la hauteur de son engagement pour une telle "Égale Liberté", de choisir partiellement, ici et maintenant, de se créer une "poche d' exception" ( en acceptant par conséquent que d'autres fassent comme elle ) ou de "nomansland " indifférentié ou chaotique entre le DeDans et le DeHors, ou de pratiquer carrément des formes d'actions qu'elle sait contradictoires avec le principe d' "Égale Liberté" qu' elle aura pourtant  aussi choisi de défendre. C'est donc à elle désormais de trancher dans son propre "vif du sujet" là où elle prétend précisément exercer entièrement elle-même sa propre libre responsabilité.


Date de création : 22/10/2015 12:57
Dernière modification : 22/10/2015 12:57
Catégorie : ELLE, les Droits de l' Homme, et NouS
Page lue 5697 fois
Haut

Valid HTML 5.0 freeguppy.org © 2004-2019 En savoir plus ... Valid CSS 3

Document généré en 0.03 seconde