EGALE LIBERTE

Accueil  Blog  Nouvelles  Téléchargements  Liens  FAQ  Livre d'or  Forum
Nouvelles

Campagne Pour la Démocratisation de l' Europe - par ArmandStroh le 11/01/2019 14:37


"Deux gauches irréconciliables" : deux seulement ? - par ArmandStroh le 02/12/2016 18:47

"Deux gauches irréconciliables" :

deux seulement ?

Un aspect de la "crise de la gauche" en France
est souvent rapportée à la problématique historique traditionnelle des "deux gauches".
Elle a été récemment réactivée dans les médias par une déclaration de Manuel Vals
qui les considère désormais comme "irréconciliables".

 Voir par exemple : https://fr.news.yahoo.com/primaire-%C3%A0-gauche-affrontement-gauches-211032046.html

Cependant cette façon d'opposer deux gauches ne trace pas forcément les mêmes frontières entre elles
et il n'est pas sûr que cette dichotomie soit la plus pertinente ...

Dans l' actualité de janvier 2017, des "primaires de la gauche", l' affrontement au coeur du PS "en fin de cycle" , du courant Hamon / Montebourg avec celui de Vals et la division des électeurs à ce sujet, ne fait que souligner la grande fracture dont les deux bords se situent aujourd'hui en dehors du PS : du côté "droit" la candidature de Macron, à "gauche" celle de Mélanchon.

AU MOINS DEUX PROBLÈMES DIFFÉRENTS derrière cette opposition :

- 1. Le problème de "contenu", concernant la forme de société idéale que les uns et les autres voudraient construire.
( Derrière cette question, il faudrait sans doute poser plus précisément celle-ci :
En quoi nos "candidats de gauche" veulent-ils réellement "nous" proposer d'aller vers une société réelle plus proche de ce que Rawls appelait une "Société bien ordonnée" ? )

- 2. Le problème stratégique par rapport à la prise de pouvoir et de la gestion du pouvoir politique national,
ou de l' acceptation soit d'une "cure d'opposition" pour redéfinir un projet politique alternatif présentable aux "Français" ... dans quelques années, soit véritablement d'une remise en question possible du pseudo- "pacte républicain" qui a jusqu'à présent maintenu l 'Unité" apparente du "peuple français".


Bien qu'il puisse y avoir des implications réciproques entre ces deux questions, elles ne doivent pas cependant être confondues.

 Pour ma part, je considère que la crise actuelle de la pensée de "gauche", et d'une façon plus générale sans doute du modèle démocratique tel qu'il a été défini dans le cadre des États "démocratiques" , devrait amener de plus en plus de personnes, se considérant mutuellement comme des "personnes morales libres et égales" ( expression de John Rawls ), à redéfinir entre elles par libre choix associatif mondialisé un nouveau "réseau de citoyens du monde" correspondant davantage à l'idéal de la "société bien ordonnée" évoqué par Rawls dans sa "Théorie de la Justice comme équité" et dans "Justice et Démocratie" . Mais du même coup, une telle ASSOCIATION LIBRE ET VOLONTAIRE ne correspond plus à ce que Rawls entendait par "politique" et ne cherche donc plus à constituer une "alternative politique globale" qu' une "majorité" politique au pouvoir" pourrait imposer aux autres membres de la société. Toute la tentative de Rawls de vouloir clairement distinguer le problème "politique" de la "justice" du problème philosophique et moral du "bien" devient alors impraticable ... si ceux qui doivent la pratiquer ne sont pas en fait déjà personnellement librement en accord avec un tel projet, c'est à dire le considèrent comme conforme à leur "Bien" ...


--------------

Ma position personnelle ( Armand Stroh)  sur ces sujets est depuis longtemps très claire :

DANS LE CADRE POLITIQUE de l' "unité nationale" du "peuple français"  à tout prix, ces deux problèmes de fracture interne de la gauche SONT INSOLUBLES
, parce que la tentative de vouloir faire une seule "politique majoritaire" pour un "peuple français" supposé uni sur l' essentiel ne peut que perpétuer  les incohérences instables dont l' histoire de la France a déjà montré de nombreux épisodes, et qui désormais, à cause du changement global dans l' équilibre des forces et des puissances dans le monde, ne peut plus s'appuyer sur le mythe de la France "grande puissance".

L'illusion d'une telle "unité" de la "France éternelle"  a pu être reconduite à certains moments, parce que certains ennemis extérieurs suffisamment manifestes semblaient pouvoir cimenter une telle "unité nationale".  Ainsi l' ennemi "prussien" sous la 3ème République, la guerre froide ensuite jusqu'à l'écroulement du bloc soviétique. On voit comment certains essayent aujourd'hui de refabriquer une telle unité nationale factice face à un ennemi dont on ne sait pas si c'est "Daech" ou un "djihadisme" mondial, sans parler de ceux qui agitent le chiffon rouge des "Chinois", celui du "poutinisme" russe, voire du "trumpisme" américain.

Récemment, la mobilisation du "Je suis Charlie" a pu faire croire à certains que l' unité de la "fraternité française" pouvait dépasser les profonds clivages internes de cette société.

Et c'est probablement encore une telle illusion qui anime le "républicanisme" de Vals, qui est donc prêt, pour sauvegarder une telle "unité nationale" à pactiser suffisamment avec les forces de droite, aussi bien dans leur version populiste réactionnaire et conservatrice, que dans leur version inégalitaire ultralibérale de défense des "nantis". Ou à proposer, presque à son corps de gauche défendant, de faire - sous prétexte de "réalisme" - des concessions telles à ces adversaires de droite, qu'il soit toujours possible de CONTINUER L'ILLUSION UNITAIRE du "peuple français", y compris en risquant à un moment ou un autre une "explosion sociale", voire une guerre civile ou "intercommunautaire" , à force de ne pas vouloir prendre acte effectivement de l' aspect "irréconciliable" des positions contradictoires entre "français" . Soit en maintenant, pour éviter ces issues violentes, un blocage généralisé des évolutions politiques, économiques, sociales, institutionnelles, culturelles , ou du moins une rigidité institutionnelle et administrative pathologique ( "pas de vagues" ).

Il semble bien, à écouter le débat Hamon / Vals, que Hamon commence à comprendre que peut-être il faudra imaginer vraiment de nouvelles façons de "faire de la politique" , et que cela implique en effet un tout autre rapport à l' associativité horizontale des "citoyens".

Mais comme l' ensemble de nos "politiques", malgré l' hésitation entre la souveraineté nationale et la constitution d'un véritable espace politique européen, tous pensent encore pouvoir trouver une recette constitutionnelle ( éventuellement "nouvelle" )  acceptable par une grande majorité de français ... recette dont pourtant chacun prétend donner légitimement une formulation différente !

 


Le détournement et l'instrumentalisation des mots désignant des valeurs républicaines par l' extrême droite et une partie de la droite, voire par certaines voix prétendues de gauche impose une vigilance critique - par ArmandStroh le 29/08/2016 13:46

Le détournement et l'instrumentalisation des mots désignant des "valeurs républicaines"
( et "universalisables" en tant que droits humains fondamentaux ) 
par l' extrême droite et une partie de la droite,
voire par certaines voix prétendues de gauche
impose une vigilance critique renouvelée.

Les remous et  crispations autour du "burkini" montrent l' état actuel de confusion des esprits chez beaucoup de français à ce sujet, y compris chez un certain nombre de nos "gouvernants".

L' adhésion à un principe d' "égale liberté" individuelle, en particulier en termes de liberté de conscience et de liberté d' expression impose sous peine d'incohérence logique, qu'à chaque fois que nous avons l'impression subjective personnelle qu'une autre personne n'est pas "libre" dans tel ou tel de ses actes, de ses modes d'expression ou de l'énonciation de ses croyances, AVANT de porter un jugement à prétention "universalisable" sur sa "liberté" ou sa "non-liberté", nous demandions au moins son propre avis réflexif à cette personne elle-même.

C'est toujours, par défaut d'autres informations plus précises sur le contexte, la personne elle-même qui doit être considérée comme la plus apte à définir son propre état ou ses conditions de vie comme étant des conditions suffisantes ou non de sa propre liberté.
Car c'est sur cette reconnaissance réciproque ( à égalité ) de nos libertés fondamentales, que repose notre propre légitimité à  revendiquer pour nous-mêmes le droit à l' exercice d'une telle liberté personnelle.

Dénier a priori le droit à une personne de s' exprimer au sujet de sa propre liberté et prétendre mieux savoir à sa place ce qui est "bon" pour elle-même en termes de liberté, c'est soit considérer cette personne comme "mineure" ou en "tutelle", sous la responsabilité d'une autre personne seule capable de juger à sa place. ( Cas des enfants ou de certains handicapés mentaux, etc. placés pour ces raisons de "vulnérabilité" particulière sous la protection soit d'un "tuteur", soit d'une institution qui décide en dernière instance à leur place )

Or dans le cas évoqué des choix vestimentaires portés en public, les seuls "arguments" défendables en termes de libertés personnelles, sont précisément :

- soit de supposer ( sans preuve ...) que les personnes qui portent tel ou tel vêtement ne sont pas "libres" de le porter, qu'elles le font sous la contrainte, physique ou morale d'une autre personne ou d'un clan ou d'une communauté. Il faut au minimum alors le leur demander avant de prétendre savoir à leur place si elles sont libres ou pas, et avoir une information objective suffisante sur le contexte particulier où évoluent ces personnes.
Il faut d'autre part, si on émet des doutes critiques sur un contexte de pression, AVOIR LA MÈME ATTITUDE CRITIQUE dans toute situation similaire de soumission des personnes à une pression sociale, familiale, culturelle ou économique ou ... et commencer par se demander si soi-même, dans ces domaines on n' est pas soumis au même type de pressions ... tout en prétendant être suffisamment "libre" à ce sujet, pour ne pas permettre à d'autres personnes ou institutions d'en décider à notre place.

- soit de prétendre que le comportement personnel en question met en danger l' "égale liberté" d'autres personnes ... Par exemple en ayant un comportement de propagande en faveur de la violence, en faveur de la discrimination. Là aussi il faut en apporter une preuve rationnelle suffisante et en tout cas se demander si dans notre propre comportement "libre" personnel certains ne peuvent pas aussi "ressentir" cette liberté comme une agression contre leur propre liberté. C'est donc la capacité de "réciprocité" liée au principe d' "Égale Liberté" qui peut ici être un principe régulateur nous permettant de dépasser nos propres impressions subjectives projetées sur d'autres.

Règle d' or : Ne jugez pas de la liberté ou de l' absence de liberté des autres si vous ne voulez pas qu'ils jugent de la vôtre ...

Si vous prenez la liberté de juger de la liberté des autres, attendez vous à ce qu'ils puissent AUSSI LÉGITIMEMENT prétendre prendre la liberté  juger de la vôtre.

----------------


Pendant un siècle et demi depuis la Révolution Française, il s'est trouvé de bons esprits "républicains" pour penser que l'appartenance d'une personne au genre féminin, devait nécessairement en faire un esprit faible sous influence qui ne pouvait par conséquent pas avoir le même droit de vote que le citoyen masculin ...
et devait donc rester sous la "tutelle" d'une autre personne supposée être plus capable qu'elle-même de savoir ce qui était bon pour elle.

Il est d'autant plus incohérent, pour un certain nombre de supposées "féministes" actuelles, de dénier a priori à d'autres femmes la capacité de juger par elles-mêmes, - en personne - , de ce qui est bon pour leur propre personne.


 


Le Conseil d' Etat suspend l' arrêté "anti-burkini" - par ArmandStroh le 26/08/2016 15:50

( Le Monde 26 août 2016 )

Le Conseil d’Etat s’est prononcé, vendredi 26 août, contre l’arrêté « anti-burkini » de Villeneuve-Loubet. Un collège de trois juges examinait les requêtes déposées par la Ligue des droits de l’homme (LDH) et le Comité contre l’islamophobie en France (CCIF) contre une ordonnance en référé rendue le 22 août par des juges du tribunal administratif de Nice. Elle validait l’arrêté de la municipalité, donnant tort aux deux associations qui réclamaient son annulation en urgence.

Selon l’ordonnance du Conseil d’Etat du 26 août 2016, l’ordonnance du tribunal administratif de Nice est annulée et l’exécution de l’arrêté de Villeneuve-Loubet est suspendue.  Dans cette commune, porter des vêtements religieux à la plage est de nouveau autorisé. Dans les 30 autres communes ayant pris des arrêtés similaires, les arrêtés municipaux sont toujours en vigueur jusqu’à ce qu’ils soient contestés en justice. La décision du Conseil d’Etat concernant l’arrêté de Villeneuve-Loubet se veut un arrêt de principe. Il permet d’affirmer que, en cas de recours, les autres arrêtés seront eux aussi cassés par la plus haute juridiction administrative française.

L’ordonnance du Conseil d’Etat précise que « l’arrêté litigieux a ainsi porté une atteinte grave et manifestement illégale aux libertés fondamentales que sont la liberté d’aller et venir, la liberté de conscience et la liberté personnelle. »


En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/societe/article/2016/08/26/le-conseil-d-etat-suspend-l-arrete-anti-burkini-de-villeneuve-loubet_4988472_3224.html#yv0DWm7iAupY33HE.99

Des expulseurs qui déshonnorent la Nuit Debout - par ArmandStroh le 18/04/2016 09:01

     La trahison anti-démocratique de certains participants de la "Nuit Debout" :


en se comportant en vulgaires apprentis dictateurs,

ils ne contribuent certainement pas à développer la sympathie populaire que le mouvement "Nuit Debout" a pu susciter !

Il est bien évident que de tels comportements intolérants
  ne peuvent en aucun cas se réclamer de l' "Égale Liberté Libre Égalité"
  proposée sur ce site !

Les comportements anti-démocratiques caractérisés de certains prétendus rénovateurs de la démocratie qui se sont mêlés à une authentique bonne volonté démocratique commune en construction  dans la "Nuit Debout", montrent plutôt que ce que  prône cette frange de soi-disant rénovateurs de la démocratie, c'est une "dictature directe" ou un "lynchage participatif" plutôt qu'une plus grande participation démocratique à la construction renouvelée de la "volonté générale" ...

Certains "jeunes communistes" prétendus sont-ils déjà à nouveau des "jeunes stalinistes"  ?

Quand on ne reconnaît pas la liberté d'expression des autres, on ne peut pas justifier démocratiquement la sienne propre !

Voir aussi une réponse plus détaillée dans la FAQ :
Quel est le rapport du projet de l' "Égale Liberté Libre Égalité" à l'usage de la violence ?
 

Articles de presse :

Le Monde :
http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2016/04/17/nuit-debout-acclame-varoufakis-chahute-gattaz-et-expulse-finkielkraut/

Libération : http://www.liberation.fr/france/2016/04/17/finkielkraut-expulse-malaise-a-nuit-debout_1446830

Slate.fr : http://www.slate.fr/story/116867/finkielkraut-nuit-debout

                "Quoiqu'on pense de ses prises de position, ce qui est arrivé au philosophe place de la République samedi soir
                  rappelle la violence politique exercée par les maos après Mai 68.
"


QUE PEUT ENCORE LA POLITIQUE ? - par ArmandStroh le 04/04/2016 11:50

QUE PEUT ENCORE LA POLITIQUE ?


Agora de l' Humanité : Liberté Egalité Fraternité - par ArmandStroh le 17/01/2016 15:22

https://www.youtube.com/channel/UC8as-lc2kNl1lgjwRTE6Awg


FORUM DES IMAGES : Liberté Egalité Fraternité - par ArmandStroh le 16/01/2016 11:38

http://www.forumdesimages.fr/les-programmes/liberte-egalite-fraternite


Communiqué de la Ligue des Droits de l'Homme - par ArmandStroh le 21/11/2015 12:17

http://www.ldh-france.org/on-lutter-contre-terrorisme-porter-atteinte-libertes/ )

On doit lutter contre le terrorisme sans porter atteinte à nos libertés

Communiqué LDH

Comme on pouvait le craindre, le projet du gouvernement de proroger de trois mois l’état d’urgence pose de graves problèmes de libertés publiques et individuelles.

Pendant trois mois, pour les motifs les plus divers et sans contrôle préalable de la justice, soixante-six millions de personnes pourront :

Le vague des motifs qui pourront être invoqués, qui dépassent de beaucoup la prévention et la répression d’actes de terrorisme, permet à tout gouvernement de s’en prendre au mouvement social dans son ensemble.

Les associations seront aussi responsables des actes de leurs membres puisqu’elles pourront être dissoutes en raison de leur comportement.

Ce que le gouvernement veut imposer au Parlement d’adopter à marche forcée illustre bien les craintes déjà exprimées par la LDH :
ce qui est ici en cause, ce n’est pas l’indispensable lutte contre le terrorisme, c’est l’extension dangereuse des pouvoirs de l’Etat sans aucune garantie judiciaire.

Paris, le 19 novembre 2015


Attention, Chantier - par ArmandStroh le 03/04/2015 12:46

Pour les éventuels visiteurs égarés ...
Ce site n'est pas encore fonctionnel, il est simplement en cours d' essais techniques ...
Mais vous pouvez y puiser votre miel s'il est à votre goût


Haut

Valid HTML 5.0 freeguppy.org © 2004-2019 En savoir plus ... Valid CSS 3

Document généré en 0.05 seconde